Les ménages ayant des contrats variables risquent de voir leur facture de gaz et d'électricité grimper

La hausse des prix de l'électricité et du gaz naturel menace de faire peser sur les ménages ayant des contrats variables un lourd surcoût sur leur facture d'énergie, de 133 euros par an en moyenne pour le moment. Ce chiffre a été calculé par la Commission de régulation de l'électricité et du gaz (Creg), qui prévient que la facture pourrait augmenter encore plus si la hausse actuelle des prix se poursuit.

La Creg a calculé l'impact des prix de gros historiquement élevés de l'électricité et du gaz naturel de ces derniers mois sur les factures des ménages. Il apparait que ce sont les foyers ayant un contrat variable - 35 % des ménages pour l'électricité et 45% pour le gaz naturel - qui en font les frais.

Par rapport à août 2019, année normale, l'augmentation moyenne de la facture annuelle d'électricité pour un ménage moyen en août est ainsi de 49 euros. Pour le gaz naturel, la hausse moyenne s'élève à 84 euros. 

Les prix resteront élevés dans les mois à venir

Ces chiffres ne tiennent en outre pas encore compte des derniers mois de l'année. Mais si la hausse des prix se poursuit en automne et en hiver, la Creg prévient que l'impact sur la facture de décompte risque d'être "(considérablement) plus important". Cela alors que les experts du marché ont déjà prévenu que les prix resteraient élevés dans les mois à venir.

La flambée des prix de l'énergie n'affecte pas les factures des ménages ayant un contrat fixe. Pour l'électricité, c'est le cas de 65% des ménages, pour le gaz naturel de 55% d'entre eux. La Creg conseille dès lors aux clients qui ont signé un contrat fixe avant la hausse des prix et n'arrivant pas à échéance de ne pas en changer.

Ceux qui doivent conclure un nouveau contrat ou en renouveler un sont invités à comparer attentivement les prix.

 

Sur le même sujet: JT 25/06/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK