Les licences 4G vont rapporter 360 millions d'euros

Les licences 4G vont rapporter 360 millions d'euros
Les licences 4G vont rapporter 360 millions d'euros - © Tous droits réservés

Belgacom, Base et Mobistar ont acheté chacun une licence pour le développement de la technologie 4G pour 120 millions d'euros. Au total donc, cette vente aux enchères va rapporter 360 millions à L'Etat. Pas de grande surprise, il y avait trois licences à vendre aux enchères et trois acheteurs qui ont donc été servis. Avec cette licence, ils vont pouvoir exploiter la bande de fréquence 800 MHz pendant 20 ans.

En fait, la 4G existe déjà en Belgique mais sur d'autres bandes de fréquence. Pour le moment, Belgacom couvre plus de 200 villes, 80 pour Base, Mobistar prépare une offre commerciale pour le début 2014.

Avec les licences sur cette nouvelle bande de fréquence, ils vont accélérer leurs investissements, mais ça va prendre plusieurs années. Tanguy Boquet, spécialiste télécoms chez Test Achats, s'attend au même développement que celui de la 3G: "La 3G a commencé vers 2005-2006 et n'est accessible aux consommateurs moyens que ces jours-ci. Il a fallu attendre longtemps que la technologie mûrisse et que le prix devienne intéressant pour le consommateur". Selon lui, le développement de la 4G se fera sur le même modèle, nous accéderons donc "en masse" à la 4G dans 5, 6 ans.

Du reste, en achetant ces licences, les opérateurs s'engagent à couvrir 70 % de la population après 4 ans et 98 % de la population après 6 ans.

Une bonne chose pour le consommateur ?

Pour le consommateur, est-ce que le développement de la 4 G sera une bonne chose ? En termes techniques, oui. Parce que le réseau 4G offre des vitesses de chargement beaucoup plus élevées que le réseau 3G. Les opérateurs promettent un vrai confort d'utilisation pour l'internet mobile, comme s'il s'agissait d'une connexion internet fixe, sauf qu'elle est mobile.

Et puis -et c'est important-, la 4G offre une meilleure couverture que la 3G dans les bâtiments et dans les zones rurales.

Quant aux prix, pour le moment, ils sont assez élevés. Pour Tanguy Boquet, il est probable qu'ils baissent mais seulement au terme de 4-5 ans. En attendant, un conseil sous forme de rappel: "Il y a aussi la 3G qui est disponible et qui couvre déjà une grosse partie du territoire. On peut en profiter avec n'importe quel smartphone vendu actuellement". Il faut, selon lui, utiliser le wifi et la 3G, profiter des abonnements aux tarifs intéressants.

"La 4G n'est qu'un effet d'annonce, ça fait bien de dire 'on a notre réseau 4G qui est prêt', mais il n'est pas accessible à toutes les bourses", prévient-il encore.

Le fait que les vitesses annoncées soient impressionnantes, plus rapides que l'ADSL, sont des arguments marketing. "Pour le consommateur moyen, la 3G est amplement suffisante. Mais ce n'est pas pour autant que le développement de la 4G ne peut pas être intéressant pour d'autres types d'applications: les appels vidéos, cloud computing, etc.".

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK