Les géants chinois de la tech s'engagent à respecter la concurrence

Une vingtaine d'acteurs chinois du numérique, dont les mastodontes Tencent, Baidu et ByteDance, se sont engagés à des pratiques plus éthiques.

Entreprise incontournable du numérique en Chine et longtemps montrée en exemple pour sa réussite, Alibaba s'est en effet vu infliger samedi une amende de 2,3 milliards d'euros pour abus de position dominante - un montant qui représente 4% de son chiffre d'affaires de 2019.

Les régulateurs ont épinglé le groupe sur des pratiques commerciales jugées déloyales, notamment l'exclusivité imposée aux commerçants pour vendre leurs produits sur ses plateformes, au détriment des sites concurrents.

Convocation

Dans la foulée, les autorités ont convoqué mardi 34 entreprises du numérique. Elles leur ont donné un mois pour "corriger" toute pratique entravant la concurrence, sous peine de "sévères sanctions".

Jeudi, une vingtaine d'entreprises du numérique avaient pris l'engagement de se mettre en conformité avec la réglementation, a indiqué l'autorité de régulation des marchés (SAMR), qui a publié sur son site la liste des promesses des différentes firmes.

Le réseau social Weibo, équivalent en Chine de Twitter, bloqué, s'est notamment engagé à "maintenir une concurrence saine sur [sa] plateforme" et à "ne jamais" collecter d'informations sur ses utilisateurs "au-delà du cadre" réglementaire.

Alibaba arrive à l'aéroport de Liège: archives JT 13/11/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK