Les gaufres et fromages belges exportés deux fois plus chers aux Etats-Unis ?

La Belgique exporte pour plus de 780 millions d'euros par an aux Etats-Unis.
La Belgique exporte pour plus de 780 millions d'euros par an aux Etats-Unis. - © Tous droits réservés

Les Etats-Unis songent à appliquer des droits d’importation élevés sur les produits européens. Un feu vert a été donné par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) au mois d’octobre. Ces taxes s’élèveraient à 7,5 milliards d’euros.

Une liste de ces marchandises européenne a été dressée, dans laquelle nous retrouvons plusieurs produits belges : les fruits et les préparations à base de fruits telles que les jus et les confitures (principalement les poires et les cerises), les produits laitiers (les fromages, beurre et crème), les mollusques (les moules et autres préparations de fruit de mer) et enfin les saucisses. Parmi ces produits belges, uniquement un certain type de fromage est aujourd’hui surtaxé de 25% et ce, depuis trois semaines environ, selon la Fédération de l’industrie alimentaire belge (Fevia).

Mais cela peut changer. Les autres produits de la liste pourraient, eux aussi, être surtaxés jusqu’à 100%. Il est donc possible, dans les jours à venir, que nos gaufres belges soient concernées également, tout comme nos moules ou nos confitures. Les autorités américaines étudient cette possibilité. Une procédure de consultation est en cours à Washington, où ils prendront une décision finale.

Un impact direct pour la Belgique ?

Le Service public fédéral Economie a réalisé une première évaluation de l’impact direct sur notre pays dans le cas où tous les produits cités précédemment sont surtaxés. Il devrait être relativement limité. Ces droits d’importation concerneraient 0.1% des exportations belges vers les Etats-Unis. Ce qui correspond à 13,6 millions d’euros par an en moyenne. " Dès lors, les droits d’importation supplémentaires de 25% appliqués par les Etats-Unis augmenteront le montant des droits perçus sur les produits exportés belges de 1,2 million d’euros à 4,6 millions d’euros par an " a répondu le SPF Economie. Dans ce cas, les produits belges seront donc des produits de luxe aux Etats-Unis : ils seront vendus deux fois plus chers qu’en Belgique.

A noter que l’exercice d’évaluation de l’impact indirect est toujours en cours. Ce dernier pourrait quant à lui, être plus conséquent via des chaînes de valeur.

… et en Wallonie ?

L’impact des sanctions devrait être encore moindre en Wallonie. En 2018, l’ensemble des produits alimentaires représentent 1,5% des exportations totales vers les Etats-Unis. Ce qui équivaut à 60 millions d’euros.

Bien que cet impact s’annonce faible, cela ne réjouit pas les entreprises belges ayant des clients américains qui pourraient être directement affectés. C’est le cas par exemple de Materne et Corman. La Fromagerie de Chimay quant à elle est déjà touchée sur certains de ses fromages.