Les études "qui ne mènent à rien": témoignage

RTBF
RTBF - © RTBF

Psychologie, sociologie, communication, philosophie sont les branches d'études dans lesquelles les jeunes diplômés ont le plus de mal à trouver un travail en sortant de l'université. C'est un constat dressé récemment par le Forem.

Ce constat est également partagé par de nombreux recruteurs. Les études universitaires dans ces branches sont trop générales, elles ne comptent pas assez de stages et il n'y a pas de spécialisation assez poussée. Les entreprises préfèrent aujourd'hui ceux qui ont fait des études moins longues mais plus axées sur la pratique.

Même si Lola Godefroid a son diplôme de psychologie en poche depuis 13 mois, pour l'instant, elle doit se contenter de faire du baby-sitting. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir envoyé des centaines de CV et de lettres de motivation. Elle "ne fait pas la fine bouche", explique-t-elle : "Je me dis que toutes les expériences sont bonnes à prendre. Je postule pour différents emplois, mais c'est très difficile d'obtenir un entretien, en fait, parce qu'on est énormément sur le coup sur chacune des annonces. Je postule même quand je ne corresponds pas tout à fait au profil".

Cherche jeune diplômé... avec expérience

Comme Lola, chaque année, plusieurs centaines de jeunes étudiants sortent des différentes facultés belges de psychologie. C'est beaucoup trop par rapport aux nombres de psychologue demandés.

Mais cela n'explique pas tout. Les entreprises préfèrent aujourd'hui engager des jeunes plus spécialisés et qui ont déjà une première expérience du travail.

Thomas De Letter, recruteur chez Manpower explique que "les candidats qui ont des graduats vont trouver plus facilement,  pour l'instant, parce qu'ils ont choisi des études beaucoup plus spécialisées. Grâce à ces études, ils ont aussi eu l'opportunité de faire un stage en dernière année. Cela leur a permis d'avoir un premier contact avec l'environnement professionnel, d'avoir déjà pris une première direction".

Pour un même travail, il n'y a presque plus de différence de salaire entre quelqu'un qui a fait 3 ou 5 ans d'étude.

 

Benjamin Carlier

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK