Les entreprises familiales ont la cote en Bourse

AB inBev ou Solvay en Belgique, Michelin en France, Facebook aux Etats-Unis: ces trois entreprises ont un point commun, il s'agit d'entreprises familialesDepuis la modeste PME jusqu'à la multinationale affichant des chiffres d’affaires en dizaines de milliards de dollars, ces firmes ont la cote en Bourse.

"Les sociétés familiales 'surperforment' tous les indices." confirme Michel Ernst, stratégiste actions chez CBC Banque, avant de donner un exemple : "Le Crédit Suisse a déterminé que depuis 2006, sur un panier de 1000 sociétés familiales à travers le monde, leur rendement dégagé sur 12 ans a été de 126% contre 55% pour la moyenne des Bourses mondiales."

Meilleure gestion des coûts

Comment expliquer le succès de ces entreprises? Elles sont marquées par "une vision à long terme", "une stabilité de l'actionnariat", et une "convergence d'intérêts", explique Olivier Flornoy, président de la société de gestion indépendante Flornoy & Associés et gérant du fonds consacré aux sociétés cotées familiales.

Le pouvoir reste aux mains d'une même famille, qui nomme et révoque les dirigeants. Il y a donc moins de mouvements au sein de leur direction générale et du personnel, moins de changements drastiques dans leur stratégie, et une meilleure gestion des coûts. Conséquences: leur résultats sont meilleurs, ce qui finit par se refléter sur leur valeur en Bourse.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK