Les éditions De Boeck reviennent en Belgique

Une classe avec livres scolaires
Une classe avec livres scolaires - © Ali Ali (EPA)

Le groupe De Boeck se fait racheter par Ergon, un fonds d'investissement du Groupe Bruxelles Lambert (GBL) d'Albert frère. Finie donc l'aventure française dans le giron d'Editis.

De Boeck emploie 230 personnes en Belgique et elles sont plutôt rassurées de repasser sous pavillon belge : elles sont reprises par le fonds d'investissement Ergon Capital Partner, une branche de GBL, spécialisée dans le rachat et la valorisation des moyennes entreprises. C'est Ergon qui a fait offre spontanée de reprise et Editis l'a acceptée.

Mais il ne faut pas y voir un revirement de stratégie, c'est plutôt les circonstances qui ont changé comme l'explique le patron d'Editis, Alain Kouck. "Depuis l'acquisition, nous nous sommes adossés maintenant à un groupe espagnol dont les activités sont plutôt réparties sur la France, l'Amérique Latine et il nous a paru, pour l'intérêt de De Boeck, plus favorable de l'adosser au groupe Ergon."   

Pas de regret donc de séparer après 4 ans de vie commune, et c'est aussi ce que dit le directeur de DE Boeck, Vincent Simonart. L'arrivée d'Ergon est pour lui une nouvelle opportunité. "C'est une opportunité d'avenir. Chez Editis, qu'on le veuille ou non, on n'était jamais qu'une de leurs filiales ou une de leurs activité et donc on recevait notre part du gâteau et on a reçu beaucoup. Ici, on est vraiment la société que le groupe Ergon achète pour construire quelque chose de significatif dans le domaine de l'édition en Belgique et à l'étranger."  

De Boeck devrait accélérer son passage au numérique dans les domaines qui sont les siens, ceux de l'édition scolaire, universitaire et juridique. C'est en tout cas une nouvelle page qui se tourne pour la maison d'édition belge.

 

Françoise Gilain

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK