Les cadeaux de seconde main ont la cote, malgré la persistance de certains freins sociaux

Noël est passé, les cadeaux ont été déballés et vous avez été de plus en plus nombreux à offrir ou recevoir des cadeaux achetés d’occasion. C’est une vraie tendance depuis plusieurs Noëls, qui se renforce encore cette année: la seconde main a la cote sous le sapin.

Pourtant, il y a encore quelques années, c’était considéré comme radin ou pingre d’offrir un cadeau de seconde main. Aujourd’hui, cela commence à être accepté socialement dans certains milieux ou dans certaines familles.

Dimensions écologique et économique

La dimension écologique peut expliquer cet engouement. Des objets de seconde main, de récupération, c’est moins de consommation. Il y a aussi une dimension économique car ça coûte moins cher. Soit ça veut dire que celui qui offre dépense moins, soit ça veut dire qu’on peut offrir un plus gros cadeau, pour le même prix qu’avant. Et surtout, troisième raison, pour Alexandra Balidjian, psychologue de la consommation à l’ULB, parce qu’on n’offre pas seulement un objet.

"Au moment où on offre un cadeau, on rentre dans un processus de réciprocité où on va offrir non seulement le cadeau en tant que tel, mais aussi tout ce qu’on se raconte de soi. Donc, si on vous offre un cadeau de seconde main, on marque aussi notre aspect responsable, notre conscience de notre achat, et ça peut aussi être un cadeau qui va exprimer des éléments, des valeurs qui nous sont propres."

Le prix reste malgré tout un critère

Mais le prix reste malgré tout le critère. D’ailleurs, quand on fait des échanges de cadeaux, pour donner un repère, on dit "une vingtaine ou une trentaine d’euros". On juge la qualité d’un cadeau à l’aune de son prix. Ce qui est contradictoire avec le succès de la seconde main.

"Il y a véritablement un paradoxe, parce que pendant les fêtes de Noël, l’échange des cadeaux se fait en général de manière publique, et en plus publique dans une petite sphère. On arrive donc à des éléments d’escalade, quelque part. Parce que quand on offre un cadeau, on raconte non seulement quelque chose de la relation qui nous unit à celui à qui on offre le cadeau, mais également on raconte quelque chose de notre propre vécu et de notre propre situation", explique encore le psychologue.

Offrir du seconde main, c’est plus facile de le faire avec quelqu’un qui est prêt à le recevoir, parce qu’autant la tendance est là et existe et la croissance des magasins de seconde main le montre, autant il y a quand même encore malgré tout beaucoup de freins sociaux. Tout dépend du milieu socio-économique, mais aussi des générations.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK