Les Bourses européennes plombées par l'instabilité politique en Grèce

L'entrée de la Bourse de Londres, à la City
3 images
L'entrée de la Bourse de Londres, à la City - © Shaun Curry

Les Bourses européennes ont fini en nette baisse mardi, les investisseurs s'inquiétant de la situation en zone euro face au blocage politique en Grèce, après la victoire aux législatives des opposants à l'austérité.

Deux jours après les élections, le pays semble ne pas être en mesure de forger une coalition gouvernementale qui puisse garantir l'application du plan d'austérité, nécessaire à la poursuite de l'aide financière internationale.

Le risque est celui d'un "défaut de la Grèce sur l'une de ses prochaines échéances, avec un degré de probabilité élevé, mais aussi le début des démarches nécessaires pour organiser la sortie de la Grèce de la zone euro", préviennent les stratégistes du Crédit Mutuel-CIC.

Le président de l'agence de notation Fitch a évoqué ouvertement une sortie de la Grèce de la zone euro, qui "ne signifierait pas la fin" de la devise européenne selon lui, dans une interview au Spiegel Online.

L'Eurostoxx 50 a perdu 2,06%

La Bourse de Paris a plongé de 2,78%, le CAC 40 terminant à 3.124,80 points dans un volume d'échanges assez faible, mardi étant un jour férié en France.

BNP Paribas a perdu 3,79% à 29,07 euros, Crédit Agricole 2,61% à 3,47 euros et Société Générale 4,75% à 17,14 euros.

Dexia a pris 5,56% à 0,19 euro alors que le Belge Karel De Boeck sera d'ici fin juin le nouveau patron de la banque selon un membre du gouvernement belge cité par l'agence de presse Belga.

Vallourec (-5,31% à 41,57 euros) a signé la plus forte baisse du CAC 40. La Chine a fortement relevé les taxes douanières sur les tubes sans soudure, ce qui va pénaliser directement la rentabilité du groupe, selon une source de marché.

A la Bourse de Londres, le FTSE-100 a reculé de 1,78% à 5.554,55 points.

Les minières ont été les premières victimes: Vedanta a lâché 5,61% à 1.059 pence, Randgold 6,78% à 4.773 pence et Glencore 4,45% à 392 pence.

Les banques étaient aussi pression: Lloyds Banking Group a perdu 4,74% à 31,075 pence, Royal Bank of Scotland (RBS) 4,13% à 23,46 pence, Barclays 2,57% à 203,05 pence et HSBC 1,17% à 548,6 pence.

L'assureur Aviva a pris 0,20% à 302,9 pence alors que son directeur général Andrew Moss a démissionné face à la fronde des actionnaires, jugeant le montant de ses rémunérations injustifié au regard de ses performances.

Tullow Oil a terminé en tête (+3,27% à 1.517 pence) après avoir donné des nouvelles encourageantes d'un puits au Kenya.

L'indice Dax de la Bourse de Francfort a perdu 1,90% à 6.444,74 points.

Munich Re a reculé de 3,66% à 103,85 euros après des résultats trimestriels décevants.

Deutsche Post a pu limiter la casse, perdant 0,84% à 14,14 euros après des chiffres trimestriels supérieurs aux attentes.

Parmi les plus lourdes pertes, BMW a reculé de 3,85% à 63,75 euros.

La Bourse d'Athènes a lâché 3,62%, clôturant à 620,54 points, au plus bas en 20 ans, tandis que l'indice des valeurs bancaires poursuivait sa dégringolade à -9,56%.

L'indice vedette de la Bourse de Milan, le FTSE Mib, a perdu 2,37% à 13.937 points.

Parmi les plus fortes baisses, le groupe d'aéronautique et de défense Finmeccanica (-5,97% à 2,96 euros), les banques Banco Popolare (-4,34% à 1,015 euro) et Banca Monte dei Paschi di Siena (-4,27% à 0,2508 euro) et le groupe automobile Fiat (-4,11% à 3,36 euros).

Luxottica, leader mondial des lunettes haut de gamme et de soleil, a reculé de 4,01% à 27,26 euros malgré une hausse de ses résultats au premier trimestre.

Au rang des rares hausses, le groupe de télécommunications Telecom Italia a pris 1,05% à 0,863 euro et le cimentier Buzzi Unicem 0,99% à 7,655 euros.

L'indice Ibex-35 de la Bourse de Madrid a fini en légère baisse de 0,80% à 7006,9 points.

La plus grande union de caisses d'épargne espagnole, Bankia, a plongé de 4,76%, à 2,262 euros.

Les deux principales valeurs bancaires ont moins souffert, Santander perdant 0,78%, à 4,862 euros et BBVA 0,68%, à 5,259 euros. CaixaBank a en revanche terminé en hausse de 1,21% à 2,586 euros.

Le numéro un du BTP ACS a plongé de 5,34% à 13,485 euros, après une forte chute du bénéfice de son activité construction (-26,6%) au premier trimestre.

Gas Natural est resté stable (+0,05%), à 10,325 euros, après la publication d'un bénéfice trimestriel en hausse de 5,2%.

L'indice AEX des principales valeurs de la Bourse d'Amsterdam a clôturé en baisse de 1,36% à 300,59 points.

Le grand perdant a été le groupe postal PostNL (-6,54% à 3,35 euros).

L'opérateur de télécommunications KPN a de son côté bondi de 17,02% à 7,58 euros après l'annonce d'une offre d'America Movil, le conglomérat du Mexicain Carlos Slim, qui veut porter de 4,8 à 28% sa participation dans la société.

La Bourse de Bruxelles a limité les dégâts, perdant 0,45% à 2.170,61 points, notamment grâce au chimiste Solvay.

Celui-ci a gagné 7,28% à 95 euros, après avoir annoncé des résultats trimestriels meilleurs que prévu. Le groupe de téléphonie Mobistar a également fortement progressé (+5,63% à 30,10 euros).

C'est le sidérurgiste Umicore (-4,90% à 38,30 euros) qui a subi la baisse la plus forte.

La Bourse suisse a accentué ses pertes, l'indice SMI reculant de -1,03% à 5.977,80 points. Le groupe biopharmaceutique Actelion a perdu -3,80% à 38,47 CHF.

Autre baisse notable, le groupe de luxe Richemont qui recule de -3,5% à 54,7 CHF. Credit Suisse a lâché 0,91% à 20,65 CHF et UBS 1,92% à 11,23 CHF.

A contre-tendance, l'indice PSI-20 de la Bourse de Lisbonne a gagné 0,88% à 5.261,07 points, grâce en aux valeurs bancaires et au secteur de l'énergie.


AFP