Le low cost, "un modèle solide et durable"? Relisez le chat

Les bénéfices de Ryanair chutent: viable, le modèle low cost? Chat à 12h30
Les bénéfices de Ryanair chutent: viable, le modèle low cost? Chat à 12h30 - © Tous droits réservés

La compagnie aérienne irlandaise Ryanair a dû revoir ses objectifs de bénéfices annuels à la baisse suite à, entre autres et selon elle, une "concurrence accrue sur les prix" et des "conditions économiques plus ternes en Europe". Quelles seront les conséquences sur les prix des billets d'avion? Faut-il y voir aussi la conséquence des "brusqueries" qu'on reproche souvent à la compagnie? Dans un contexte de crise, le low cost et la course aux plus belles promotions qu'il implique est-il un modèle viable? Que doivent faire les compagnies pour garder une place dans le ciel? On en parlait avec Pascal Perri, économiste spécialiste du low cost, dans notre chat ce mardi.

Ryanair, qui avait dégagé un bénéfice net record de 569,3 millions d'euros l'an dernier, devrait tomber dans le rouge, soit accuser une perte nette, sur les six derniers mois de l'exercice. La nouvelle inquiète les investisseurs, et le titre Ryanair a déjà chuté ce lundi.

Résultat: la compagnie entend utiliser cette période "pour améliorer encore" ses "services aux passagers", explique le groupe dirigé par Michael O'Leary. Il faut dire que Ryanair s'est souvent vue reprocher des "brusqueries", tant au niveau de sa clientèle que de ses employés.

Et la compagnie irlandaise va surtout devoir baisser ses prix: elle table sur une baisse de 9% du prix moyen des billets au troisième trimestre et de 10% au quatrième après un repli de 2% au premier semestre. Et elle a déjà lancé des campagnes de promotion agressives qui lui ont permis d'enregistrer une hausse de 6% du trafic et de 1% du coefficient de remplissage des avions en octobre.

Dans le contexte de crise que l'on connaît, le modèle low cost est-il encore viable? Alors que les voyageurs sont de plus en plus à l'affût de la meilleure promotion, réservent leurs billets de plus en plus tard, au prix le plus bas possible et poussent les compagnies à casser leurs prix, l'avenir du vol à bas coût est-il encore garanti?

Pour Pascal Perri, économiste spécialiste du low cost, ce modèle devrait rester compétitif, même malgré la crise, qui "touche de toute façon les autres compagnies". Pourquoi? Grâce entre autres aux revenus annexes de Ryanair (restauration à bord, suppléments bagages, etc.), dit-il, "qui représentent 20% de son CA". Mais il ajoute que "c'est un modèle solide et durable qui joue sur une politique de prix attractive pour les clients" en précisant qu'"il y a une élasticité de la demande au prix, donc plus on baisse le prix plus le marché s'élargit".

Pascal Perri était l'invité de notre chat ce mardi. Vous pouvez relire l'entièreté de la discussion ci-dessous.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK