Les ados et l’argent : quelles banques choisir pour nos jeunes ? A partir de quel âge ?

À partir de quel âge nos enfants peuvent-ils disposer d’un compte en banque avec une véritable carte de paiement ? Quelle banque choisir pour ouvrir ce compte : celle de papa ou maman ou bien carrément une autre banque ?

Gratuité

Michel Gassée, journaliste économique à la rédaction de la RTBF explique : "La plupart des banques proposent des comptes courants avec cartes de paiement pour les jeunes. On pourrait croire qu’elles proposent toutes à peu près la même formule, mais en fait il y a pas mal de différences".

Et Quentin Denis, de la plateforme de comparaison financière TopCompare, de poursuivre : "Le point commun, c’est la gratuité. Dans quasi tous les cas, il y a la gratuité qui est garantie. Maintenant, en termes d’avantages ou d’autres fonctionnalités, il y a de grandes différences. Il y a des avantages commerciaux, comme des cadeaux de bienvenue, des assurances, des personnalisations des cartes, beaucoup de réductions dans des magasins, etc.

Ça, ce sont vraiment des avantages qui sont propres à chaque banque. Mais il y a aussi des fonctionnalités sur les applications digitales. La plupart des comptes sont maintenant liés à des applications et les banques diffèrent énormément en termes de contrôle parental. Les parents peuvent souvent contrôler les limites de paiement, les plafonds, avoir des notifications pour les paiements ou même bloquer temporairement le compte de l’enfant".

"Néo-banques"

La notion de jeune est assez élastique selon les banques : 12-21 ans, 25 ans, 30 ans parfois, 10 ans pour commencer dans certains cas. C’est sans doute évident, mais rappelons-le tout de même, pour qu’un ado encore mineur ait un compte en banque, il faut l’autorisation, la signature des parents.

Mais il y a aussi toute une série de néo-banques, comme on les appelle, accessibles sur nos smartphones. Est-ce qu’elles ont aussi une stratégie de conquête du jeune public ? Des banques comme N26 ou Revolut sont effectivement conçues pour la génération smartphone, disons-le comme ça, c’est vrai. Mais pour autant, elles ne visent pas spécifiquement, par exemple, les 10-18 ou les 12-21.


A lire aussi : Revue de presse : des banques, des buts et des étudiants


Il y a là un espace dont voudrait profiter Rise, une néo-banque belge en construction dirigée par Morgane Wirtz. Cette dernière explique : "Effectivement, il y a le service basique, qui est la carte de paiement et le compte pour pouvoir dépenser. Mais le but est vraiment de pousser l’adolescent dans sa réflexion de : "'OK, maintenant je reçois mon argent de poche, maintenant je reçois l’argent de mon baby-sitting, je reçois l’argent de Noël, qu’est-ce que je fais avec cet argent ? Est-ce que je dépense d’argent ? Est-ce que je mets cet argent de côté, dans mon compte d’économies, et je me fixe un objectif plus conséquent ? Est-ce que j’investis cet argent' ? "

Qu’est-ce que je fais avec cet argent ?

Une dimension éducation financière, donc, avec bien sûr un solide contrôle parental. Morgane Wirtz sait qu’il faut séduire les ados, c’est vrai, mais il faut surtout d’abord convaincre leurs parents, d’autant que le service ne sera pas gratuit, 2,99 euros par mois. "L’objectif pour le parent, c’est de vraiment créer un environnement ultra-sécurisé pour que son ado puisse apprendre tout en faisant, tout ça dans un environnement ultra-sécurisé contrôlé par le parent. Donc, le parent, avec Rise, il a plein de contrôles parentaux et il peut dire : "'avec ta carte, tu peux dépenser dans cette catégorie de marchands et pas dans celle-ci. '"

C’est là qu’il y a une vraie différence avec le secteur bancaire traditionnel, c’est sur les possibilités de contrôle offertes aux parents ? Morgane Wirtz d’y répondre : "Là et au-delà de ça, clairement, dans l’application pour l’ado, pour apprendre à gérer son argent. C’est là où il y a eu tout le travail de recherche pendant des mois, avec des psychologues, etc., pour arriver à une réelle solution sur l’éducation financière".

Mais ce n’est pas un jeu non plus, et on n’est pas au Monopoly. Morgane Wirtz annonce un lancement imminent de sa banque dans les semaines qui viennent. La start-up, dit-il, est en tout cas agréée par la Banque Nationale de Belgique au titre d’agent de service de paiement. Elle espère ouvrir 7000 comptes d’ici la fin de l’année. Pour être rentable, Rise devrait en ouvrir environ 50.000 en Belgique ou dans les pays voisins.

Sinon, à côté de ça, on le répète, il y a les banques traditionnelles pour ces comptes "jeunes". Qui, elle, proposent souvent un service gratuit. Il faut cependant se renseigner et surtout comparer.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK