Le vol le plus long au monde décolle de Singapour pour New York

Enthousiastes ou anxieux, 150 passagers ont pris place à bord de l'Airbus qui a décollé jeudi pour le plus long vol commercial au monde, un marathon de près de 19 heures entre Singapour et New York.

Un menu "bien-être", un très long catalogue de films et beaucoup de patience ne seront pas de trop pour les passagers, tandis que deux pilotes et deux copilotes devaient se relayer aux commandes de l'Airbus A350-900 ULR (ultra long range, ultra long rayon d'action) qui parcourra les 16.700 kilomètres séparant la cité-Etat de New York.

Le vol SQ22 de Singapore Airlines a décollé vers 23h35 (17h35, heure belge), avec 17 membres d'équipage et 150 passagers - en business ou en premium economy: il n'y a pas de classe éco.

La vacation de l'équipage, qui compte aussi 13 personnels en cabine, sera scindée, a précisé Singapore Airlines, afin que chacun puisse observer la pause minimale réglementaire de quatre heures.

1200 heures de films pour passer le temps

L'enjeu, pour les passagers, sera de passer le temps. "Je suis un peu inquiète, je me demande ce que je vais faire pendant 18 heures 30" dans l'avion, a avoué avant l'embarquement Peggy Ang, 52 ans, membre de la direction d'une entreprise en technologies de l'information.

Ceux qui n'auront pas emporté un ou deux pavés à lire pourront se rabattre sur un choix de films et de programmes télévisés d'une longueur cumulée de 1200 heures, soit l'équivalent de sept semaines.

Le bimoteur a fait passer la distance parcourue maximum de la gamme de son long-courrier A350 de 8.100 milles nautiques (environ 15.000 km et jusqu'à 16 heures de vol) à 9700 nautiques (environ 18.000 km et jusqu'à 20 heures de vol) grâce à une optimisation de son système de carburant qui lui permet notamment d'en brûler 25% de moins.

Dans des conditions météorologiques normales, ce vol jusqu'à l'aéroport de Newark doit durer 18 heures 45 minutes.

Ce n'est pas la première fois que la compagnie propose ce trajet. Elle l'a opéré pendant neuf ans avant de l'abandonner en 2013 quand la flambée du pétrole lui a fait perdre sa rentabilité. Elle utilisait alors un A340-500, un quadrimoteur bien plus gourmand.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK