Le travail intérimaire stagne, et ne retrouve pas son niveau d'avant la crise du coronavirus

Au mois de mars 2021, le nombre d'heures de travail intérimaire prestées a diminué de -0,60% par rapport au mois précédent (en données corrigées des variations saisonnières et des effets de calendrier), rapporte lundi la fédération des prestataires de services RH Federgon. Le secteur, considéré comme un indicateur du dynamisme de l'économie, n'a pas encore retrouvé son niveau d'avant la crise.

Par rapport au mois de mars 2020, au moment du premier confinement, le secteur de l'intérim affiche une hausse de +15,21%. Par rapport à mars 2019, l'activité intérimaire est en recul de -12,88%.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK