Le soutien par l'UE de la recherche des secteurs minier et sidérurgique irrite les défenseurs du climat

Le soutien par l'UE de la recherche des secteurs minier et sidérurgique irrite les défenseurs du climat
Le soutien par l'UE de la recherche des secteurs minier et sidérurgique irrite les défenseurs du climat - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

L’Union européenne est-elle cohérente dans son engagement climatique ? Un eurodéputé vert allemand vient de lever un lièvre. Il a découvert, un peu par hasard, que la Commission déboursait chaque année des dizaines de millions d’euros pour soutenir la recherche dans les secteurs minier et sidérurgique, des secteurs hautement polluants.

Tout est parti d’un cadeau un peu osé. Eurocoal, le lobby européen du charbon a trouvé judicieux d’envoyer à des eurodéputés un savon parfumé… au goudron de houille.

Ça n’a pas faire rire l’écologiste allemand Rasmus Andresen qui a mené sa petite enquête.

Il a découvert que la Commission européenne a créé un fonds de recherche du charbon et de l’acier financé chaque année à hauteur de 40 millions d’euros. L’objectif est d’améliorer la compétitivité de ces deux secteurs.

Concrètement, cette année, ce fonds s’est fixé, par exemple, comme priorité de développer la production d’énergie durable grâce à l’eau ou le méthane des mines. Le fonds soutient aussi des projets de revitalisation de sites miniers fermés.

Autre révélation de l’eurodéputé vert : l’argent de la Commission servirait à payer des salaires au sein d’Eurocoal, le lobby de l’industrie minière à Bruxelles.

Rasmus Andresen a décidé d’interpeller l’exécutif européen. Il lui demande si les projets de son fonds de recherche sont compatibles avec les engagements de l’Union dans le cadre de l’accord de Paris de lutte contre le changement climatique.

La réponse est attendue d’ici six semaines.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK