"Illusion de faire une bonne affaire": le site vente-privée.com accusé de tromperies sur les prix

Le site français vente-privée.com accusé de tromperies sur les prix
Le site français vente-privée.com accusé de tromperies sur les prix - © BERTRAND GUAY - AFP

La Répression des Fraudes française a transmis à la justice les conclusions d'une enquête sur le groupe français de commerce en ligne vente-privée.com, qu'elle accuse de tromperies sur les prix, a-t-elle annoncé jeudi.

"Il est reproché à l'entreprise d'avoir cherché à donner à ses clients l'illusion de faire une bonne affaire en mettant en place différentes stratégies frauduleuses visant à construire un 'prix de référence' fictif", selon un communiqué de la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

Ce "prix de référence", explique l'organisme, est le prix à partir duquel est calculé le taux de réduction pratiqué. "En l'occurrence, des 'prix de référence' qui ne correspondaient dans les faits à aucune réalité économique étaient utilisés pour afficher des taux de promotion particulièrement attractifs", précise la DGCCRF.

L'enquête s'est appuyée sur des constatations effectuées sur le site internet de l'entreprise et sur l'analyse de documents saisis au cours de perquisitions, menées en juin 2016 dans ses locaux.

vente-privée.com conteste les accusations

L'entreprise, spécialiste du déstockage en ligne de grandes marques, "conteste fermement toute mise en place de 'stratégies frauduleuses visant à construire un prix de référence fictif'". "La société a, à l'inverse, déployé ces dernières années d'importants moyens humains et financiers pour vérifier les prix conseillés de ses très nombreuses marques partenaires", affirme-t-elle.

Le groupe, qui précise ne faire l'objet "d'aucune poursuite à ce jour", n'est pas en mesure de faire plus de commentaire sur une procédure couverte par le secret et à laquelle il n'a pas encore eu accès, conclut vente-privée.com.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK