Le service bancaire universel doit prendre en compte la fermeture des agences

Le service bancaire universel doit prendre en compte la fermeture des agences, réagit mardi l'association Financité au lendemain de l'annonce de l'accord en la matière entre le gouvernement fédéral et le secteur bancaire.

Le service bancaire universel prendra la forme d'un "pack" d'un montant maximum de 60 euros, soit 5 euros par mois. Il donnera accès à 24 retraits gratuits minimum par an aux distributeurs automatiques de la banque dans laquelle le consommateur détient un compte, au moins 60 opérations manuelles par an au guichet de cette banque, une carte de débit, l'impression gratuite des extraits de compte aux automates de la banque, les retraits mensuels d'extraits au guichet (si la banque l'offre) ou l'envoi une fois par mois par la poste à un tarif raisonnable, la possibilité d'une domiciliation gratuite des factures et les ordres de paiement permanents gratuits.


►►► A lire aussi: 7,64 milliards d’euros pour relancer la Wallonie : les grands axes du plan et les mesures


Cet accord est un premier pas vers plus d'inclusion en matière bancaire, réagit Financité. "En effet, beaucoup de personnes âgées, mais aussi celles et ceux qui ne sont pas numérisées, rencontrent des difficultés pour effectuer leurs opérations bancaires en toute autonomie et ce, en raison de la diminution du nombre d'agences, des distributeurs de billets et de la numérisation des services bancaires qui entraînent la suppression des imprimantes d'extraits de compte dans les agences, des coûts supplémentaires pour l'envoi des extraits bancaires et les opérations manuelles, etc.", analyse l'ASBL.

Si Financité se réjouit que le gouvernement s'attaque aux problèmes des exclus bancaires, l'association regrette fortement le choix d'une charte non contraignante.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK