Le Scan : perd-on de l'argent à cause des centimes arrondis ?

Depuis décembre dernier, la règle de l’arrondi est entrée en vigueur. Sans doute encore un peu tôt pour faire le bilan. D’ailleurs, aucune étude officielle ne permet encore de jauger l’impact de cette mesure. Mais, l’équipe du Scan a pu le constater, un cas bien particulier pose question.

Obligatoire pour le liquide, facultatif pour le reste

Avant d’aller plus loin, rappelons comment tout cela fonctionne.

La loi stipule qu’il faut arrondir les centimes d’un prix "au multiple de 5 le plus proche". Autrement dit, les prix se terminant par 8,9,1 ou 2 centimes sont arrondis à 0. Les autres, se finissant par 3,4,6 et 7, sont ramenés à 5. Exemples : un pantalon à 17€23, coûtera 17€25 ; une place de cinéma à 11€92 reviendra à 11€90. Vous suivez ?

Ça se complique un peu : cette règle doit obligatoirement et sans exception être appliquée à tous les paiements en liquide. MAIS, en ce qui concerne les autres types de paiements (carte, éco-chèque, tickets-restaurants, etc.), là, la décision revient aux commerçants. Le cas échéant, ils ont néanmoins l’obligation de clairement l’indiquer aux clients.

Voilà.

Chez H&M, un centime de perdu

Maintenant qu’on a rappelé la loi, intéressons-nous à ce cas particulier, qui nous est arrivé du côté d’H&M. Deux fois de suite.

Nous avons acheté, en cash, un produit dont le prix a été, de manière tout à fait légale, arrondi lors du passage à la caisse. La première fois, il s’agissait d’un t-shirt à 5€99 (arrondi à 6€) ; la seconde, d’une magnifique casquette à 3€99 (arrondi à 4€). Jusque-là, rien d’anormal.

Sauf que nous avons retourné ces produits, prétextant une taille trop petite. Petite parenthèse : il faut savoir que, plutôt que de rembourser directement, H&M propose toujours un bon d’achat, dont la valeur est encodée sur une carte magnétique. Détail qui aura son importance. Parenthèse fermée.

Donc nous échangeons, nous recevons nos bons, et là surprise : leur valeur est de respectivement 5€99 et 3€99, soit les prix non arrondis.

Nous avons donc perdu 1 centime, pour chaque achat.

3 images
Prix arrondi d'un centime vers le haut, rien d'anormal jusque-là © Le Scan

Interpellant mais légal

Evidemment, nous avons demandé des comptes à H&M. Certes, ce n’est qu’un centime, mais vous savez, à coups de centimes…

Marianne Nerinckx, du département communication, nous explique ceci : "C’est un problème technique dans la caisse. Puisqu’on ne rembourse pas en cash mais sur carte, on charge la carte de remboursement et la caisse prend le prix de l’article scanné en retour. Etant donné que c’est un remboursement sur carte, la caisse ne fait pas d’arrondi."

L’argument technique, soit. Mais tout cela est-il bien légal ?

On a cherché dans le texte de loi, et rien n’évoque ce cas de figure. Alors on a contacté l’Union des Classes des Moyennes, qui a donné raison à H&M. "Les bons à valoir sont considérés comme des éco-chèques ou des chèques repas, nous informe Sophie Heuskin. Ils ne peuvent jamais être arrondis." Autrement dit, la règle de l’arrondi s’applique non seulement dans le sens du paiement, mais aussi dans celui du remboursement.

Et en ce qui nous concerne, cela veut dire que si H&M avait remboursé en liquide, l’arrondi aurait été fait, donc nous aurions récupéré notre somme dépensée. Mais vu que la marque opte pour un remboursement sur une carte prépayée…

3 images
La situation est anormale pour Test-Achat © Le Scan

Reste qu’on a perdu un centime dans l’affaire, la faute à "une coquille dans la loi" explique Stéphanie Heuskin. Même deux centimes, vu que l’expérience a été faite deux fois.

Alors normal ou pas ? La réponse est évidente pour Jean-Philippe Ducart, porte-parole de Test-Achats : "On rembourse ce qui a été payé, point à la ligne". Même si le nombre de plainte concernant les arrondis est minime, il trouve ce vide juridique anormal et invite la Banque Nationale à faire "une étude d’impact sur les arrondis et les inflations conséquentes".

La dernière étude du genre date de 2013, les centimes n’étaient alors pas arrondis.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK