Le projet de troisième piste d'Heathrow devant la Cour suprême britannique

La Cour suprême britannique a commencé à examiner mercredi le recours de l’aéroport londonien d’Heathrow après une décision de justice qui avait retoqué le projet d’une troisième piste pour des raisons environnementales.

Les auditions se poursuivront jeudi mais une décision de la plus haute cour de Justice au Royaume-Uni pourrait ne pas être annoncée avant début 2021.

Avant l’ouverture de l’audience, les partisans des deux camps, en faveur et contre le projet, se sont rassemblés devant la Cour Suprême.

Des membres de l’ONG les Amis de la Terre ont brandi pancartes et drapeaux accusant la troisième piste de détruire le climat. En face, des syndicats comme GMB et Balpa (pilotes) ont eux pris parti pour le projet et les promesses de créations d’emploi.

L’aéroport d’Heathrow, l’un des hubs mondiaux et d’ordinaire celui le plus fréquenté en Europe, défend son projet d’agrandissement après avoir subi une défaite devant la cour d’appel de Londres fin février.

"Heathrow va s’assurer que le projet d’expansion respecte les engagements sur le changement climatique du Royaume-Uni, y compris l’accord de Paris", souligne un porte-parole de l’aéroport.

La justice avait donné raison aux écologistes, à des conseils d’arrondissement et au maire de Londres Sadiq Khan, opposés à la construction d’une troisième piste. Elle avait alors contredit un premier jugement de mai 2017 qui avait donné tort aux associations écologistes.

La cour d’appel avait estimé que ce projet n’était pas assez respectueux de l’environnement et que le précédent gouvernement conservateur, qui l’a approuvée en 2018, aurait dû tenir davantage compte des accords de Paris sur le réchauffement climatique.

Boris Johnson opposé au projet

Contrairement à Heathrow, le gouvernement lui n’a pas déposé de recours devant la Cour Suprême alors que le conservateur Boris Johnson n’a jamais caché son opposition à cette extension.

Ce projet faramineux, d’un coût de 14 milliards de livres pour sa première phase, est censé permettre à l’aéroport d’accueillir à terme 130 millions de passagers par an, contre 78 millions avant que la pandémie ne frappe.

La procédure judiciaire et l’impact de la crise sanitaire ont contraint Heathrow à retarder d’au moins deux ans la construction de la troisième piste, dont les travaux devaient en principe débuter en 2022 et durer quatre ans.

Le projet doit être financé par le consortium d’investisseurs propriétaire de l’aéroport, dont des fonds souverains de Chine, de Singapour et du Qatar.

"Heathrow : Véto de la justice pour une troisième piste" (Jt du 28 février dernier)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK