Le projet de première agence de notation européenne se précise

Le projet a déjà récolté 130 millions d'euros d'engagements de la part d'investisseurs pour un tour de table prévu de 300 millions, a-t-il annoncé au cours d'une audition du Sénat français.

Markus Krall, qui travaille depuis deux ans sur ce projet, a indiqué avoir démissionné mardi de son poste de partenaire du groupe de conseil allemand Roland Berger, afin d'éviter les conflits d'intérêt.

"Notre objectif est de 300 millions d'euros mais nous procéderons en plusieurs phases. Nous viserons probablement la moitié lors d'une première phase que nous souhaitons achever très prochainement, ce trimestre ou au troisième trimestre", a précisé Markus Krall à l'AFP à l'issue de l'audition.

"Puis nous espérons pouvoir commencer à établir les infrastructures au troisième trimestre" et "serons en mesure de commencer les notations un an après", a-t-il ajouté.

Interrogé sur les promesses de fonds réunies jusqu'à présent, Markus Krall a indiqué que 13 banques, compagnies d'assurance et places financières avaient engagé "10 millions chacune".

Concurrencer Moody's, Standard & Poor's et Fitch

Cette agence européenne est destinée à concurrencer les trois grandes agences internationales Standard & Poor's, Moody's Investors Services et Fitch Ratings.

Comme les trois grandes, elle couvrirait tant les notations des services financiers que des pays et des entreprises, respectivement depuis Londres, Francfort et Paris, a affirmé Markus Krall.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK