Prix du beurre: vos croissants et pains au chocolat vous coûteront plus cher

"Mettre du beurre dans ses épinards" sera bientôt un signe extérieur de richesse et beurrer sa tartine va coûter de plus en plus cher. Son prix a déjà doublé en un an.

La tonne de beurre vaut désormais plus de 5000 euros sur les marchés internationaux. Une flambée qui s’explique d’abord par un recul de la collecte laitière en Europe. Il y a moins de lait pour faire du beurre, alors que dans le même temps, la demande de beurre s’envole en Europe et aux États-Unis.

Selon Renaat Debergh, administrateur délégué de la confédération belge de l’industrie laitière, le beurre fait son grand retour. "Au niveau européen, l’augmentation de la consommation est de 7% en 3 ans, mais ça ne se limite pas au beurre. On constate une augmentation dans la consommation des yaourts entiers. Pensons aux yaourts grecs, la crème, le fromage. Certains chefs de restaurants utilisent de plus en plus le beurre dans la préparation de leur repas."

La volatilité des marchés dans toute leur splendeur

Cette hausse du prix du beurre bénéficie partiellement aux producteurs laitiers. Le prix du lait a augmenté de 34% au cours des premiers mois de 2017. Les producteurs reçoivent aujourd’hui environ 35 centimes le litre. C’est correct, sans plus.

Parce qu’un autre élément pèse sur le prix du lait, ce sont les stocks considérables de poudre de lait disponibles en Europe. Sur cette matière, les prix sont au plus bas. "Le beurre qui flambe, la poudre de lait qui stagne, c’est la volatilité des marchés dans toute leur splendeur", commente Yves Somville, le secrétaire général adjoint de la Fédération wallonne de l’agriculture.

Quelles conséquences pour le consommateur?

Cette hausse des prix du beurre va-t-elle se répercuter sur le prix de la plaquette de beurre en magasin? C’est inévitable.

Les prix du beurre ont déjà commencé à remonter, mais l’impact ne va pas se limiter au beurre que nous achetons au magasin. La hausse des prix risque fort de se diffuser dans nos boulangeries-pâtisseries. Car chacun le sait, les viennoiseries, les brioches, les gâteaux, les biscuits "consomment " énormément de beurre. La hausse des prix du beurre est un vrai sujet pour les boulangeries qui devront sans doute augmenter leurs tarifs si les prix mondiaux du beurre continuent à flamber.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir