Le printemps est doux pour le secteur de la construction

Les travailleurs du bâtiment ne seront pas restés souvent chez eux cet hiver
Les travailleurs du bâtiment ne seront pas restés souvent chez eux cet hiver - © PHILIPPE HUGUEN - BELGAIMAGE

La situation est particulièrement favorable cette année par rapport à l'an dernier et les chantiers peuvent se poursuivre sans trop de jours de chômage. Les chantiers respectent les délais impartis, et sont même en avance sur leur planning.

Des bruits de chantier sans discontinuer. Les travailleurs du bâtiment ne seront pas restés souvent chez eux cet hiver. Les conditions climatiques ont été clémentes et elles le restent. Le secteur annonce trois petits jours seulement de gel et de neige persistante depuis novembre, donc trois uniques jours d'arrêts pour cette période.

Le contraste est flagrant par rapport aux 38 jours d'intempéries qui ont mis l'an dernier les chantiers à l'arrêt. Un nombre de jours chômés 30% supérieur à la moyenne des dix dernières années.

Cette année-ci, le scénario est diamétralement différent. 10% des entrepreneurs annoncent avoir vu leur chantier freiné ce mois-ci. L'an dernier même époque ils étaient presque50 %.

Résultat, la planification est respectée, voire prend de l'avance comme sur ce chantier à Uccle entamé en janvier. Un chantier qui affiche 3 semaines d'avance.

Mais le beau temps ne fait pas disparaître tous les nuages dans le ciel du secteur de la construction confronté à la concurrence des entreprises étrangères, à des carnets de commandes peu fournis, à des failles (2000 en 2013 et des licenciements important (6000 en un an). Le soleil adoucit donc un peu le climat morose qui pèse lourdement sur le bâtiment.

Radia Sadani

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK