Le personnel de l'ACW craint de nouveaux licenciements

ACW: déjà une cinquantaine de personnes ont quitté l'organisation
ACW: déjà une cinquantaine de personnes ont quitté l'organisation - © SISKA GREMMELPREZ - Belga

Les employés de l'ACW, le pendant flamand du Mouvement ouvrier chrétien (MOC), sont inquiets. Des licenciements supplémentaires ne sont pas à exclure, indique le secrétaire LBC, Jeroen Vandamme.

L'ACW a essuyé plusieurs coups durs financiers ces derniers temps. Le mouvement avait déjà perdu de nombreuses réserves à l'occasion de la liquidation d'Arco et, jeudi, on apprenait que l'ACW renonçait à son accord commercial avec Belfius.

Le mouvement avait déjà annoncé en novembre une restructuration. Sur les quelque 200 employés, une cinquantaine de personnes sont parties, via la prépension, des emplois de fin de carrière ou des replacements en interne. Mais avec les nouvelles difficultés, il est quasi certain que d'autres postes vont passer à la trappe, selon Jeroen Vandamme.

Le personnel a donc du mal à cacher son inquiétude. "Mais il y a aussi du mécontentement. Les employés sont fâchés que le mouvement pour lequel ils travaillent soit continuellement discrédité", précise le syndicaliste. La confiance dans la hiérarchie de l'ACW est cependant maintenue, selon lui.

Au MOC, la CNE ne nourrit par contre pas trop d'inquiétude en terme de personnel. Les derniers événements auront certainement des incidences sur le budget dans les quelques années à venir mais les craintes sont moins importantes pour le personnel, notamment en raison d'un mode de financement différent de celui en vigueur à l'ACW.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK