Le microcrédit, une aide pour lancer son entreprise sans passer par une banque

Le microcrédit, la Saint-Nicolas au pays des finances
Le microcrédit, la Saint-Nicolas au pays des finances - © Jonas Hamers - ImageGlobe

La semaine prochaine, c'est la semaine du microcrédit : un système qui permet de prêter de l’argent à des personnes motivées pour le lancement d’une entreprise, d’un projet, mais qui n’ont généralement pas accès au financement bancaire. C'est donc une manière d'aider des gens qui ont de bonnes idées, de tout petits besoins de financement, mais qui ne reçoivent pas de la part des banques. 

Funds for Good est d'ailleurs une société particulièrement innovante dans ce secteur. À l’origine, ce sont trois entrepreneurs qui,  après avoir trempé pendant 20 ans dans le business pur et dans les gros fonds, ont décidé de lancer une société différente, qui fait rimer investissements et bons sentiments.

Un prêt d'honneur

Concrètement, la première société, qui est bien rentable, reverse 50% de ses bénéfices à la deuxième, donc à la fondation. Elle ne reverse pas 50% des bons rendements que ces clients ont eu, mais 50% de ses bénéfices à elle.

C’est en fait un prêt d’honneur, un prêt à 0% pour des microentrepreneurs en quête de financement pour leur projet. Ils ont déjà financé plus de 100 microprojets. 

On retrouve par exemple Cécilia, une jeune bruxelloise qui a créé une crèche pour enfants sourds. Pour amorcer le projet, elle a besoin de ce projet à 0%, ou encore Mustapha, un réfugié afghan qui s’en sortait bien avec tout ce qui était technique. Il rêvait d’ouvrir un magasin de réparation GSM et a reçu ce financement avec Funds for Good.

Dans le cadre de la semaine du microcrédit, Patrick Somerhausen, Marc Verhaeren et Nicolas Crochet, les trois mousquetaires de la société remettront un prix Coup de cœur au projet qu’ils estimeront le plus prometteur.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK