Le groupe Dexia va-t-il encore devoir être recapitalisé?

Dexia
Dexia - © Philippe Clément (belpress)

La question revient sur le devant de la scène après les déclarations faites par le gouverneur de la Banque nationale de Belgique. Luc Coene a dit, jeudi, en Commission de la Chambre, qu'il vaudrait mieux renflouer le holding plutôt que de risquer la faillite, des propos qui n'auraient pas dû être divulgués mais qui sont maintenant sur la place publique.

Il est difficile de tenir sa langue quand le sujet est chaud. Le député Jean-Marie De Decker a pris la responsabilité de remettre le feu aux poudres sur l'affaire Dexia. Alors pour bien comprendre: il ne s'agit pas de la banque Belfius mais du holding Dexia qui est toujours coté en Bourse et qui comprend la banque française et d'autres actifs qui doivent être vendus. Ce holding est à la peine. Il a perdu, l'an dernier, 11 milliards d'euros et il inspire la méfiance. Il n'arrive pas à emprunter de l'argent pour répondre à ses besoins.

Le gouverneur de la Banque Nationale, Luc Coene, estime donc qu'il faudrait le recapitaliser pour lui permettre de survivre le temps d'achever sa mission. Cela vaudrait mieux, selon lui, que de courir à la faillite. Pourquoi? Parce que dans ce cas, il faudrait activer les garanties d'Etat. Or, l'Etat belge s'est engagé à hauteur de 54 milliard d'euros. C'est énorme, 15% du PIB. Il vaut donc mieux verser 5 à 10 milliards maintenant que 5 ou 10 fois plus dans quelques mois, un calcul qui est maintenant sur la table du gouvernement. Reste à voir ce qu'il en fera.

Pour le ministre des Finances, Steven Van Ackere, il est encore trop tôt pour parler d'une recapitalisation de Dexia. Il l'a dit jeudi lors des questions orales à la Chambre. "Mais il serait imprudent de ma part de dire que cela ne sera jamais à l'ordre du jour", a-t-il ajouté. Contacté ce vendredi matin il ne souhaite pas faire plus de commentaires.

Françoise Gilain

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK