Le gouvernement wallon abandonne le projet de construction d'une grande centrale biomasse

Avec le changement de majorité, le projet de centrale biomasse a été revu.
Avec le changement de majorité, le projet de centrale biomasse a été revu. - © Tous droits réservés

Le gouvernement wallon abandonne le projet de construction d’une grande centrale biomasse, a-t-on appris ce jeudi à Namur. Dans sa volonté de soutenir la filière wallonne, il va "privilégier, entre autres, la création de structures biomasse plus petites".

Plusieurs facteurs motivent cette décision, a expliqué le ministre du budget Jean-Luc Crucke : l’approvisionnement en biomasse à long terme non garanti, l’absence de cogénération, un doute important sur la neutralité carbone mais aussi un contexte budgétaire tendu notamment. 

Des questions environnementales se posent, souligne Jean-Luc Crucke.: "Il subsiste un doute raisonnable concernant la capacité des fournisseurs à respecter dans le long terme les labels de certification prévus  Pour ces projets de grande puissance, la neutralité carbone de la biomasse est surtout théorique : le gisement croit ailleurs qu’en Wallonie tandis que les conséquences de sa combustion se concentrent sur notre territoire. Les retombées long terme sont peu connues et la compensation en temps réel n’est pas assurée dans ce cas-ci".

Les énergies alternatives envisagées

L'argument financier a pesé lourd également: "Enfin, dans un contexte budgétaire tendu, il est difficilement acceptable d’engager le Gouvernement sur un soutien pouvant aller jusqu’à 1,3 milliards d’euros pour une durée de 20 ans afin de financer une technologie qui demande des subventions permanentes pour fonctionner" .

Le Ministre wallon de l’Energie Jean-Luc Crucke suivra la volonté reprise dans la Déclration de Politique Régionale de soutenir la filière intégrée de biomasse, a-t-il annoncé "mais se penchera également sur le développement des alternatives à cette centrale que sont l’éolien, le photovoltaïque, la  biomasse de petite ampleur et le réseau de chaleur".

Sur Twitter, Juliette Boulet de Greenpeace Belgium s'est félicitée de cette décision par rapport à un projet qui ne privilégiait pas les énergies renouvelables.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK