Le FMI inquiet de risques financiers liés à la réforme fiscale de Trump

Le FMI inquiet de risques financiers liés à la réforme fiscale de Trump
Le FMI inquiet de risques financiers liés à la réforme fiscale de Trump - © MANDEL NGAN - AFP

Le FMI a estimé mercredi que la réforme fiscale promise par Donald Trump devrait renforcer les marges de manœuvre des entreprises tout en assurant qu'elle pourrait également mener à des prises de risques menaçant la stabilité financière.

"L'allègement du fardeau fiscal des entreprises pourrait avoir un impact positif sur leurs flux de trésorerie. Mais les réformes pourraient augmenter les prises de risques financières et, dans certains secteurs, gonfler un endettement déjà élevé", écrit le Fonds monétaire international dans son rapport semestriel sur la stabilité financière mondiale.

Le président américain a promis d'abaisser drastiquement le niveau d'imposition des entreprises, actuellement de 35%, et veut inciter au rapatriement de milliers de milliards de dollars de bénéfices stockés à l'étranger, moyennant une forme d'amnistie fiscale.

Selon les estimations du FMI, la baisse du taux de l'impôt sur les sociétés pourrait rapporter plus de 100 milliards de dollars par an aux 500 plus grosses entreprises américaines.

Brusque hausse des taux d'intérêts

D'après le Fonds, cet apport sera toutefois insuffisant pour beaucoup d'entreprises en difficultés, notamment dans le secteur énergétique, qui devront de nouveau avoir recours à l'endettement pour financer des investissements.

Cette dette pourrait toutefois s'avérer intenable si la relance budgétaire promise par Donald Trump débouchait sur une brusque hausse des taux d'intérêts et du coût de l'emprunt, souligne le Fonds, qui tient cette semaine son assemblée de printemps à Washington.

"Une brusque hausse des taux d'intérêts sur fond de bénéfices moroses pourrait compromettre davantage encore la capacité des entreprises à rembourser leur dette", écrit le FMI.

Pour les entreprises en meilleure santé, le Fonds craint par ailleurs que ce surplus de trésorerie ne soit utilisé pour financer des opérations risquées et peu productives, pouvant à terme fragiliser la stabilité financière.

"L'Histoire suggère que des prises de risques financières, sous la forme de rachats d'actifs, de fusions-acquisitions et de rémunération (d'actionnaires ou de dirigeants, NDLR) se produisent souvent après des changements fiscaux", relève le FMI.

 

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir