Le développement de la 4,5G en Belgique se poursuit, Bruxelles à la traîne

Comme pour la 4G, les normes bruxelloises pourraient ralentir l'installation de la 4,5G à Bruxelles.
Comme pour la 4G, les normes bruxelloises pourraient ralentir l'installation de la 4,5G à Bruxelles. - © Belga

Le développement de la 4,5G se poursuit en Belgique. Proximus annonce ainsi vendredi renforcer son déploiement à Charleroi, Anvers et Gand, où ce réseau pour l'internet mobile à haut débit avait été lancé en février dernier sur quelques antennes. Telenet et Orange rendent également peu à peu disponible cette technologie à leurs clients. Seule Bruxelles n'en bénéficiera pas pleinement dans l'immédiat en raison de la norme trop stricte pour les émissions des antennes GSM.

La 4,5G est un intermédiaire entre la 4G+, déployée en 2015 dans les grandes villes du pays, et la 5G, qui, elle, n'est pas attendue avant 2020. Elle servira principalement aux objets connectés, depuis les petits appareils mobiles jusqu'aux voitures autonomes. La 5G devrait en outre permettre des vitesses de téléchargement théoriques maximales de 900 Mbps, là où la 4G et la 4G+ offrent respectivement des vitesses de téléchargement de maximum 150 Mbps et 225 Mbps, explique Proximus. Cette technologie doit permettre de répondre au trafic de données qui augmente de manière exponentielle. Leur consommation dans l'Union européenne pourrait bien être multipliée par 10 par rapport aux chiffres actuels selon certains experts, relève ainsi l'opérateur. "Lors du concert de U2 à Bruxelles, on a par exemple constaté une utilisation énorme de données mobiles, notamment pour des Facebook Live", illustre Haroun Fenaux, porte-parole de Proximus, qui évoque plus d'1To (1000 Go, ndlr) de datas utilisés en quatre heures de temps, dont 90% via la 4G.

Un film pourra être téléchargé en l'espace de quelques secondes

La 4,5G permettra aux applications gourmandes en bande passante comme la vidéo 2K/4K, les vidéos à 360 degrés, et la réalité virtuelle ou augmentée de mieux fonctionner. A titre d'exemple, un film pourra être téléchargé en l'espace de quelques secondes et la navigation sera ultrarapide. Les centres-villes de Charleroi, Anvers et Gand seront équipés en premier dans le cadre du déploiement de Proximus. D'autres métropoles comme Liège ou Namur en profiteront également dans les mois à venir, laisse-t-on entendre. Seuls les clients disposant d'un smartphone supportant la 4,5G peuvent utiliser ce réseau. 

A quoi peut servir la 4,5G ?

La 4,5G offrira également une meilleure expérience mobile. elle pourrait intégrer la communication vocale dans le transfert des données. Aujourd’hui, la 4G ne transfère que du data. Les appels vocaux se font encore en 2G et en 3G. Avec la nouvelle norme VoLTE, le vocal s’intègre dans le data.

Quelles performances?

La 4G de première génération peut atteindre un maximum théorique de 150 mb/s (la réalité est plus proche des 40 mb/s). La 4G " et demi " doit pouvoir atteindre, à terme, des performances maximales de 1 Gb/s. Pour cela elle n’utilise pas une, mais plusieurs fréquences (plusieurs spectres de bande passante). C’est comme si l’on multipliait les bandes de circulation sur une autoroute. En Téléphonie, cela ne concerne pas le trafic de voitures, mais de données. On pourrait ainsi passer graduellement à 5 fréquences et approcher le 1Gb/s … Tout cela avant de passer à la 5G en 2020.

La 4G+ déjà bien répandue est une norme 4G qui utilise deux fréquences (800 et 1800) pour les mixer. Le débit est de l’ordre de 220 Mb/s. (90 fois plus rapide que la 3G qui remonte à 2002)

Et la 5G, elle est dans les temps?

Toujours prévue pour 2020, la 5G permettra des débits de télécommunication mobile, de plusieurs gigabits de données par seconde. Cela signifie qu’en 10 ans -entre 2010 et 2020- le débit aura été multiplié par 1000. Mais cette fois l’important n’est plus la vitesse. La 5 G devra surtout  permettre de connecter 1000 fois plus d’appareils qu’aujourd’hui. On estime que d’ici 2020 la consommation moyenne d’un individu  sera de 1 Go par jour.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir