Le chômage en légère baisse à partir de 2015, selon le Bureau du Plan

Le nombre de créations nettes d'emplois se limiterait à 9400 unités (0,2%) en 2014 et à 27 400 unités (0,6%) en 2015. Compte tenu de l'évolution de la population active, cette hausse ne permettrait pas de faire reculer le chômage cette année. Il faudrait donc attendre 2015 avant de voir le chômage (légèrement) repartir à la baisse.

Aussi faible soit-elle, la croissance attendue pour le PIB belge reste supérieure à celle pressentie pour le PIB de la zone euro (+0,8% en 2014 et +1,3% en 2015).

Le Bureau du Plan s'attend en outre à ce que la consommation privée augmente de 1,2% tant en 2014 qu'en 2015, "soit à un rythme très légèrement supérieur à celui du revenu disponible réel". "La progression du pouvoir d'achat et la faiblesse des taux hypothécaires contribuent à soutenir la reprise (modeste) dans la construction résidentielle, laquelle s'était amorcée au second semestre de l'année dernière", poursuit l'institution, dont les prévisions sont réalisées dans le cadre de la préparation du budget fédéral pour 2015. Après s'être repliés durant plusieurs années, les investissements des ménages afficheraient une croissance de 0,8% en 2014 et de 1,4% en 2015.

Par ailleurs, les exportations belges progresseraient de 2,3% en 2014 et de 3,2% en 2015 grâce à l'amélioration progressive de la conjoncture internationale, mais "ce rythme serait toutefois inférieur à l'expansion des débouchés extérieurs".

Enfin, l'inflation belge, mesurée sur la base de l'indice national des prix à la consommation, tomberait à 0,6% en 2014, dans un contexte de repli des prix de l'énergie, avant de progresser de 1,3% en 2015.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK