Le charbon revient pour résister à la crise

Charbon
Charbon - © EPA

En ces temps de crise tous les moyens sont bons pour réaliser des économies. La hausse du prix des produits pétroliers, jeudi encore le diesel et le mazout de chauffage, incite les consommateurs à trouver une alternative et le charbon revient en force.

La consommation de charbon a augmenté de 5%. C'est un combustible meilleur marché très prisé par les personnes plus âgées (qui l'ont connu dans le temps) ou précarisées.

Avec les 800 kg de charbon qu'il s'est fait livrer jeudi matin, Augustin Mathieu, par exemple, devrait passer le cap de l'hiver sans problèmes. Comme beaucoup de personnes âgées il a opté pour la solution la plus économique, malgré les contraintes quotidiennes. Le charbon, il faut le stocker. Si on le fait livrer en vrac, il faut une cave ad hoc et des cruches pour aller chercher ce qui est nécessaire pour la journée… Et puis, le poêle à charbon, il faut le tenir à l'œil pour qu'il ne s'éteigne pas, il faut le tisonner pour que les cendres tombent dans le tiroir et n'étouffent pas les flammes… Avec un feu continu, la chaleur reste constante et le poêle tient toute la nuit. Avec un autre système, il faut veiller.

Si le charbon a la cote c'est évidemment en raison de son coût compétitif. Michel Deberghes est un des principaux négociants du Borinage. "Les personnes précarisées ont tout avantage à prendre le charbon parce que le charbon, un, est moins cher et ils savent l'acheter en petites quantités. Par exemple, s'ils vont facilement trois jours avec 25 kilos pour une dizaine d'euros. On réalise une économie d'au moins 50% puisque le mazout est le double du prix du charbon."

D'autres combustibles alternatifs, comme les pellets (granulés de bois fabriqués à partir de sciure et de copeaux de rabotage issus de l’industrie de transformation du bois. Séchés, mis sous presse et finalement coupés à la longueur souhaitée, ils restent compacts grâce à la résine de bois contenue dans la matière première), connaissent également une demande supplémentaire en cette période, une demande issue d'une clientèle plutôt nantie disposant de chauffage d'appoint.

M.S. et Thomas Rorive

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK