Le cartel du rail en Allemagne se réunissait dans des bordels

La maison de rendez-vous berlinoise "Bel Ami": un des lieux visités par "le cartel du rail" selon le Handelsblatt
La maison de rendez-vous berlinoise "Bel Ami": un des lieux visités par "le cartel du rail" selon le Handelsblatt - © google street view

Les membres d'un cartel du rail en Allemagne, qui s'entendaient sur les prix des rails au détriment de la compagnie ferroviaire Deutsche Bahn, se réunissaient fréquemment dans des bordels du pays, rapporte mardi le Handelsblatt citant plusieurs sources internes.

Le journal a dénombré 35 visites dans des lieux de prostitution et autres Eros Center entre avril 2005 et mai 2009, pour une facture totale de plus de 71 000 euros.

Le cartel du rail avait été découvert l'an dernier. En juillet, l'Office allemand anti-cartel avait condamné quatre aciéristes --le géant ThyssenKrupp, une filiale du groupe Vossloh et deux filiales du groupe autrichien Voestalpine-- à une amende totale de 124,5 millions d'euros.

Voestalpine a confirmé au journal avoir vu passer des factures "douteuses" mais a contesté le fait que le cartel prenait ses décisions dans des maisons closes, dont l'existence est par ailleurs légale en Allemagne. ThyssenKrupp et Deutsche Bahn, également interrogés par le journal, ont assuré qu'ils ne savaient rien de ces soirées.

Fin août le Handelsblatt avait déjà révélé que l'assureur allemand Ergo avait organisé plusieurs séjours avec des prostituées pour ses courtiers "méritants", après avoir déjà dévoilé l'an dernier une première affaire de ce type, que l'assureur avait présenté comme un "cas unique".

 

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK