Le carrousel de l'embauche dans des grands magasins

Quels que soient le modèle économique et le type d'organisation, des chefs de rayon sont  nécessaires dans la grande distribution.
Quels que soient le modèle économique et le type d'organisation, des chefs de rayon sont nécessaires dans la grande distribution. - © Tous droits réservés

C'est à la fois une campagne de promotion et de recrutement. En vue d'embaucher cette année encore mille collaborateurs et entre autres initiatives, Delhaize Le Lion convie les candidats à deux soirées, la première le 23 avril à Vilvorde, la seconde à Wavre le 25 avril.

Ces fonctions (chefs de rayon notamment...) semblent s'apparenter à celles qu'ont dû abandonner progressivement dix-huit cents employés à la suite du plan de transformation négocié en juin 2014.

Fallait-il dès lors supprimer autant d'emplois? Ou était-ce dans la perspective d'en remplacer une partie à des coûts salariaux inférieurs?

"Delhaize a estimé alors que le bilan devait être allégé à tous les niveaux, y compris celui du personnel. Il a revu tous les coûts, opérationnels comme salariaux, commente Pierre-Alexandre Billiet, professeur à la Solvay business school et directeur du périodique Gondola, spécialisé dans le commerce.

"Les sociétés évoluent", répond Karima Ghozzi, la responsable de communication de Delhaize Belgique. "On a eu une excellente année 2018. Nous pouvons nous permettre de penser à l'avenir, de construire aujourd'hui et demain avec des gens qui vont nous aider à le faire. Mais c'est compliqué de dire ce que l'on peut faire d'une année à l'autre. Nous nous adaptons au marché et à ses conditions."

Des employés indispensables

Dans la grande distribution, la concurrence est très sévère. Une petite perte de marché peut avoir de grosses conséquences.

Le groupe Delhaize affirme qu'il détient plusieurs atouts dans sa manche: des investissements confirmés par la maison-mère hollandaise Ahold, une volonté de revoir des formats et des conceptions de magasins, ou d'en ouvrir encore...

Dans ce secteur, l'intervention humaine reste nécessaire: "C'est impossible de gérer un magasin malgré l'intelligence artificielle et toutes les technologies qui se développent aujourd'hui. Il est toujours nécessaire d'avoir un nombre d'employés important en magasin, que ce soit en rayons, à l'accueil etc..", relève encore Pierre-Alexandre Billiet.

Rajeunissement nécessaire

Confronté à une image passéiste, le secteur doit se rajeunir, fût-ce avec la digitalisation: "Tout d'abord, on a besoin de nouveaux métiers. Ensuite, de nouvelles générations ont de nouvelles attentes par rapport à l'employeur. Travailler dans la grande distribution aujourd'hui est très différent qu'il y a trente ou quarante ans. Ces métiers doivent évoluer et répondre aux demandes de cette nouvelle génération. Ça se fait autant sur le fond que sur la forme."

La procédure de recrutement doit aussi évoluer, on le voit avec ces soirées-événements de Delhaize. "Ce doit être plus ludique, plus cool, plus transparent que dans le passé, enchaîne Pierre-Alexandre Billiet.

Compte tenu de leur taille, ces sociétés sont fort hiérarchisées "et elles ne se gèrent pas comme une start-up de dix personnes".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK