Le bois, ce matériau de construction de plus en plus onéreux

Les prix du bois s'envolent littéralement depuis plusieurs mois en Belgique. Une hausse des prix a un impact très concret, notamment pour les ménages qui souhaitent faire construire une maison à ossature bois.

Une situation qu'explique ce jeudi matin notre Michel Gassée sur l'antenne de la Première par la multiplication par trois à la Bourse de Chicago sur un an. Les performances de ce qu'on appelle le bois d'oeuvre sont en effet impressionnantes, même pour un professionnel comme Christophe Butz, gestionnaire d'un fonds spécialisé dans la filière bois pour la banque suisse Pictet: " Les prix du bois ont fortement augmenté aux États-Unis. Ne soyez pas choqué, les prix du bois sont connus pour leur comportement extrêmement volatile, mais il est quand même intéressant de noter que chaque (sommet) est plus élevé que le précédent et vraiment qu'il y a une tendance ascendante de prix à long terme structurelle."

À cause des Américains

Différentes raisons à cette flambée des prix. D'une part les taxes américaines sur le bois canadien, d'autre part, le boom de la construction en Amérique du Nord joue un rôle central dans cette flambée des prix. Or, aux États-Unis, la toute grande majorité des maisons neuves sont faites à base de bois d'œuvre. Et comme la production américaine ne couvre pas les besoins, le pays importe massivement du bois d'Europe, faisant monter les prix sur le vieux continent. 

Des hausses de prix, aussi bien pour les bricoleurs amateurs que pour les professionnels, pour qui cette instabilité des prix, ces hausses de prix successives, constitue une vraie source d'inquiétude comme l'a confié Kevin Stassen, de la société ICO Ingénierie et construction à Michel Gassée: " Le bois lamellé-collé, en sortie d'usine, on tourne autour de 580 euros du mètre cube, environ, mais de nouveau ce sont des prix qui sont à l'heure actuelle, mais si on prend l'exemple du lamellé-collé sur l'année écoulée, il a augmenté cinq fois de prix et donc on a facile 20 % qui sont venus se rajouter sur une période très court."

Qui paie le surcoût ?

Concrètement, pour une petite maison, budget moyen, disons 200 000 euros, le surcoût lié au seul prix du bois peut facilement atteindre 6 000 euros. Une situation qui inquiète Pierre Baijot, co-gestionnaire d'une PME active dans la construction: "Il y a un peu d'inquiétude, évidemment. Il y a un côté un peu rassurant qui est que si le prix augmente, c'est parce que la demande augmente et donc qu'il y a de plus en plus d'intérêt pour le bois. C'est bon pour nous. Même si effectivement, une augmentation n'est jamais bonne pour la vente."

Toute la question est de savoir quand et comment répercuter ces coûts, ces surcoûts. Sinon, ce sont les marges bénéficiaires qui risquent d'être affectées et à long terme, c'est la survie des sociétés du secteur qui est en jeu. 

 

Sur le même sujet: JT 21/03/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK