Le Belge "plus gros gaspilleur de vêtements" en Europe, vraiment ?

Dans le récent Fashion Waste Index, sorte de classement du gaspillage vestimentaire en Europe, le Belge est épinglé comme le plus gros gaspilleur de vêtements en Europe. Il jetterait à la poubelle pas loin de 15 kilos de vêtements par an, s’empressent de relayer plusieurs médias. Mais la réalité des déchets textile est bien plus complexe. Décryptage.

15 kilos de vêtements par an à la poubelle ?

Une récente étude de Labfresh, marque néerlandaise de vêtements pour hommes qui se targue d’être durable, indique que l’industrie de l’habillement est très – trop polluante. Certes, mais les ménages belges sont-ils vraiment les plus gros gaspilleurs européens de vêtements ?

En nombre absolu de déchets textile produits, la Belgique se situe derrière l’Italie (le plus gros pollueur "textile" européen), l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni. Le total des déchets textiles générés chez nous (pour 2016, les derniers chiffres disponibles) s’élève bien à 169.949 tonnes. Et si comme Labfresh l’a fait, on divise cette quantité de déchets textile par le nombre de Belges, on arrive effectivement à 14,8 kilos par habitant. Les chiffres et statistiques d'Eurostat sont tout à fait officiels.

Plusieurs confusions

Mais il y a plusieurs confusions à souligner : d’abord, celle entre déchet textile et gaspillage de vêtement. Les vieux matelas, les tentures… Ce ne sont pas de vêtements. Ensuite, entre consommateur et industrie. Les chiffres recouvrent en réalité l’ensemble des déchets textile, générés à la fois par les ménages et l’ensemble des secteurs d’activité économique.

Répartition des déchets textiles en Belgique

Plus de la moitié des déchets textiles générés en Belgique ne viennent pas des particuliers. Et le secteur textile lui-même en génère une bonne partie. Certes, la Belgique ne peut pas se vanter d’avoir un secteur de l’habillement plus développé qu’ailleurs. Mais textile en Belgique ça existe pourtant. Ce n’est pas "Gucci", mais plutôt "Tonton Tapis". Tapis et moquettes, voilà les produits qui représentent le gros de la valeur ajoutée du secteur chez nous.

La Belgique textile, ce n’est pas Gucci, mais...Tonton Tapis.

Et ce n’est pas tout. Le deuxième secteur économique qui produit le plus de déchets textiles en Belgique, est celui de la gestion des déchets et du recyclage – un secteur qui comparativement ne génère quasiment rien dans d’autres pays européens. Or, et c’est souligné par d’autres chiffres : la Belgique est le pays européen qui (par habitant) exporte le plus de vêtements de seconde main – plutôt un bon point environnemental, cette fois.

Cela veut dire que le consommateur belge est présenté dans l’étude comme un gros gaspilleur de vêtements alors que d’une part, en réalité la Belgique produit de la moquette. Et d’autre part, en partie sans doute - une partie difficile à mesurer - parce que ses filières de récupération et de recyclage y sont un peu plus développées qu’ailleurs.

Une industrie textile est très polluante

Mais que retenir de ces chiffres ? Que, oui, l’industrie textile est très polluante. 2% des émissions mondiales de gaz à effets de serre. Plus que les transports aériens et maritimes réunis. Que la majorité de tous les déchets textile finit en décharge (57,1%) ou incinérée (24,3%). Que le secteur de la mode, de l’habillement est une partie non négligeable du problème, et le problème environnemental se situe tant dans les processus de fabrication, que dans la surconsommation.

Mais il n’y a pas a priori de raison de penser que les Belges jettent frénétiquement, et immensément plus que leurs voisins, des vêtements à la poubelle. Même si l’on estime qu’ils en jettent trop.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK