La Wallonie a pour ambition d'atteindre 30% de la surface agricole utile en agriculture biologique d'ici 2030

Les producteurs wallons de pommes de terre bio font face à un problème majeur d’écoulement de leurs stocks, avertissent mercredi Biowallonie et le Collège des Producteurs dans un communiqué. Le principal emballeur belge, qui fournit les grandes surfaces, leur refuse plus de 1300 tonnes de pommes de terre, alors que des nouvelles récoltes vont arriver d’Egypte, d’Israël ou de Chypre.

Les producteurs de pommes de terre bio appellent à acheter local

La Wallonie a pour ambition d’atteindre 30% de la surface agricole utile en agriculture biologique d’ici 2030, explique le communiqué. Ces dix dernières années, le nombre de producteurs en production biologique ou en conversion, a plus que doublé, passant de 779 à 1816. Des pommes de terre locales certifiées bio, issues de variétés robustes meilleures pour l’environnement sont produites.


►►► À lire aussi : "Manger local" : comment relocaliser notre agriculture ? Avec quels produits, à quelle échelle ?


Cependant, "il n’y a actuellement plus de demande de la part du principal emballeur belge qui fournit la plupart des grandes surfaces. Cette situation semble d’autant plus interpellante qu’en ce moment, certaines enseignes affichent des offres en pommes de terre bio en provenance d’autres pays."

Les productions extérieures pourraient renforcer le risque de gaspillage

Les producteurs se trouvent actuellement avec plus de 1300 tonnes de pommes de terre sur les bras. Or les nouvelles récoltes de pommes de terre sont sur le point d’arriver d’Égypte, d’Israël ou de Chypre, ce qui renforce le risque de gaspillage alimentaire et les pertes pour les producteurs. Le Collège des Producteurs est d’ailleurs en train de concrétiser une action avec "La Bourse aux Dons" pour proposer une offre au secteur de l’aide alimentaire.


►►► À lire aussi : Des légumes bio au goût de scandale humanitaire


En attendant, les producteurs bio appellent les citoyens à choisir les pommes de terre d’origine locale en magasin. Interpeller spontanément les enseignes et réclamer la présence de pommes de terre d’origine locale est "un levier d’action" non négligeable.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK