La valeur absolue d'une start-up belge dépasse le milliard de dollars

Pour trouver ses premiers clients, Collibra a ciblé des grandes sociétés financières
Pour trouver ses premiers clients, Collibra a ciblé des grandes sociétés financières - © RIZWAN TABASSUM - AFP

Chez Collibra, les comptes sont bons: avec une dernière levée de fonds de cent millions de dollars, cette start-up est désormais valorisée à plus d'un milliard de dollars. Première belge à toucher le mur du (ou des) fonds! Récit et perspectives d'une start-up fondée il y a dix ans, à la VUB, l'université néerlandophone de Bruxelles...

La finance et New York

A l'occasion de leurs recherches universitaires, quatre étudiants ont créé une spin off, devenue start up, spécialisée dans la gouvernance de données. Ou comment, grâce à leur logiciel, une entreprise cliente peut mieux structurer les data, la masse de données venues de différents canaux, comment bien les utiliser, leur donner un sens, une consistance?

Audacieux, puisque le projet est né dans la foulée de la crise économique et financière. Mais les quatre pères fondateurs (il en reste trois à la manœuvre en 2019) ont alors pris deux décisions majeures.

La période est incertaine? Ils ciblent les grandes entreprises qui, avec leur foule de données, auraient bien besoin de ce support. Et en plus de Bruxelles, ils s'implantent à New-York, pour toucher prioritairement le monde de la finance.

Un partenariat avec Google

Collibra se développe, ajoute une base à Londres pour employer 450 personnes, avec la perspective d'en ajouter bientôt 200, sans doute grâce à cette récente levée de fonds, un apport de cent millions de dollars de CapitalG.

Maison mère de Google, Alphabet fait partie de ce fonds d'investissement, partenariat important en vue: "ça va permettre à Collibra de profiter des technologies que Google gère bien, indique Isabel Michiels, du centre d'expertise et d'innovation chez Agoria, la fédération des entreprises de l'industrie technologique.

"Par exemple, Google investit beaucoup d'argent dans l'intelligence artificielle. Et ça va permettre aux employés de Collibra de profiter des derniers développements."

Une bête rare et rêvée

Ce partenariat complémentaire valorise pour la première fois une start-up belge à plus d'un milliard de dollars. Collibra devient dès lors une licorne technologique, une bête rare et rêvée, un surnom donné par une économiste américaine.

La croissance de ces start-up est basée sur la récolte de fonds extérieurs, avant d'en retirer, par l'activité, les revenus à la hauteur. Autrement dit: elles brûlent du cash et la rentabilité suivra. Le modèle est-il soutenable (voir Uber, Sportify...)? Ces start-up ne sont pas cotées en bourse. Elles influencent déjà le marché réel, souligne un Professeur de finances. "des liquidités sont disponibles. A l'heure actuelle, chacun paie un prix élevé en espérant que le suivant payera plus."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK