La Suède envisage un redressement fiscal pour Volkswagen

La Suède envisage un redressement fiscal pour Volkswagen
La Suède envisage un redressement fiscal pour Volkswagen - © PAUL J. RICHARDS - AFP

La Suède envisage un éventuel redressement fiscal pour le constructeur automobile allemand Volkswagen, compensant le manque à gagner en taxes pour émissions de CO2, a indiqué jeudi la ministre des Finances, Magdalena Andersson.

"S'il est prouvé que les émissions sont plus élevées que ce qui était dit, alors il se peut que certaines voitures aient été trop peu taxées", a-t-elle déclaré à la radio publique SR.

"Nous ne le savons pas encore, et c'est pourquoi nous avons demandé des précisions à Volkswagen de manière à pouvoir calculer dans quelle mesure l'Etat suédois pourrait avoir été lésé", a-t-elle ajouté, sans évoquer de montant potentiel.

Le numéro un mondial de l'automobile avait annoncé mardi que 225 000 véhicules dans le pays étaient équipés du logiciel truquant les tests antipollution.

La Suède impose depuis 1991 des malus en fonction des émissions en CO2 de chaque modèle. Cette taxe étant normalement supportée par le propriétaire de la voiture, les aspects juridiques de l'éventuel redressement fiscal restent à éclaircir.

Volkswagen Suède a répondu qu'il allait se pencher sur la question. "C'est nouveau pour nous, puisque le débat jusqu'ici portait sur les émissions d'oxydes d'azote, pas d'oxyde de carbone. Nous n'avons pas de commentaire à ce sujet pour le moment, mais nous allons examiner cela", a déclaré à l'agence de presse TT son directeur général, Claes Jerveland.

Volkswagen, géant aux douze marques et 200 milliards d'euros de chiffre d'affaire mondial, a équipé 11 millions de véhicules dans le monde de ce logiciel capable de limiter les émissions lors des tests.

Le scandale, qui a éclaté aux États-Unis avant de prendre une ampleur mondiale, a gravement terni l'image du groupe, fait chuter sa valeur en Bourse, causé la démission de son patron Martin Winterkorn, et provoqué le dépôt d'une multitude de plaintes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK