La société Trace espère la reprise et cherche un repreneur

Spécialiste des titres services et de l'interim, Trace est en difficulté financière.
Spécialiste des titres services et de l'interim, Trace est en difficulté financière. - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Ces difficultés budgétaires chez Trace. La société d'intérim et de titres-services affiche un déficit cumulé d'environ 8 millions d'euros. Actionnaire majoritaire, la Région wallonne cherche un repreneur. 1100 emplois sont en jeu.

Trace est actif dans l'interim, mais surtout dans les titres-services, son activité principale pour laquelle la société emploie un millier d'aides ménagères.

Mais depuis quelques années, la situation financière de l'entreprise s'est dégradée. La crise est passée par là, et le secteur de l'interim est toujours un des premiers à en souffrir. Et puis, il y a eu la réforme des titres-services qui a un peu plombé ce marché.

Résultat: les comptes de Trace sont dans le rouge. La Région wallonne, qui en détient plus de 99%, étudie depuis l'an dernier la possibilité de lui accorder un prêt de 2 millions d'euros. Mais elle cherche surtout une solution structurelle pour relancer Trace.

Et cette solution passe par la vente, totale ou partielle, de la société. Les négociations semblaient bien avancées avec l'Union des classes moyennes, mais elles ont finalement échoué. Le consultant mandaté par le Gouvernement wallon est donc reparti à la chasse au repreneur.

En attandant, le cabinet du ministre Antoine, en charge du dossier se veut rassurant pour Trace et ses 1100 travailleurs. Les perspectives pour cette année semblent meilleures dans l'interim et les titres-services. La situation est donc difficile, mais pas encore désespérée.

Rudy Hermans

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK