La Slovénie pressée par le FMI d'accélérer privatisations et austérité

Le Fonds monétaire international (FMI) presse la Slovénie, passée en 2013 tout près d'un plan de sauvetage européen, d'accélérer ses privatisations et son programme de réformes économiques.

"La stabilité financière s'est améliorée. Cependant, une action politique décisive est nécessaire pour lever d'importants freins à la croissance et pour remédier à de significatifs facteurs de vulnérabilité", a conclu le fonds dans un communiqué publié mardi soir après une mission en Slovénie.

"Des réformes plus ambitieuses permettraient une croissance plus rapide et plus durable", ajoute le FMI.

Austérité et privatisations

Après avoir été le bon élève de la zone euro, la Slovénie avait sombré dans la récession en 2013, évitant de justesse le recours à un plan de soutien européen, en raison des difficultés de son secteur bancaire.

Ce petit pays de deux millions d'habitants a alors dû mettre en place un programme d'austérité budgétaire accompagné de nombreuses privatisations. Le FMI souhaite, au terme de sa visite, des réformes plus ambitieuses du système de santé, du système éducatif et de retraite.

Il s'est également montré critique à propos d'un projet du gouvernement centriste du premier ministre Miro Cerar qui souhaite bloquer les investissements privés dans des entreprises slovènes lorsqu'ils excèdent la part détenue par l'Etat.

Mi-mars, le gouvernement slovène avait révisé nettement à la baisse ses prévisions de croissance pour 2016, à 1,7% contre 2,3% auparavant, en raison principalement d'un ralentissement des investissements publics. Le FMI a au contraire relevé sa prévision de croissance de 1,8 à 1,9% pour 2016.

En 2015, la croissance était restée soutenue avec une hausse de 2,9% du produit intérieur brut (PIB), après 3% en 2014.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK