La saison des moules de Zélande est lancée en retard: le prix gonfle de 25%

La saison des moules de Zélande est lancée...en retard: et le prix?
La saison des moules de Zélande est lancée...en retard: et le prix? - © augrandbleu.com

Ça y est, la saison des moules de Zélande, est lancée ce 1er aout. Un produit dont les belges sont friands et qui a cette année quatre semaines de retard par rapport 2017. Un retard naturel dans le développement des moules néerlandaises mais qui accentue encore cette année l’augmentation saisonnière des prix. 

L'ouverture de la saison est toujours l'occasion pour les producteurs d'augmenter les prix. "A la louche: 25%"

Il y a comme un parfum de Beaujolais Nouveau dans l'ouverture de la saison des moules de Zélande. Cela arrive chaque année, c'est savamment orchestré par les producteurs - qui promettent ce mercredi qu' "un sous-marin néerlandais remontera la nouvelle récolte de manière spectaculaire". Les moules de Zélande sont déjà disponibles chez nous, au compte-goutte, mais leur arrivage massif doit encore arriver en Belgique - quatre semaines en retard par rapport à 2017. Massif, parce que notre pays importe en fait 65% de la production des moules de Zélande. Et l'ouverture de la saison est toujours l'occasion pour les producteurs d'augmenter les prix. "A la louche, 25%", pour Erik Hemelsoet, patron du restaurant le Zinneke, à Schaerbeek.

Le prix du kilo de moule augmente chaque année au début de la saison. Mais c'est même encore un peu accentué cette année, selon lui. Parce que "la saison n'a toujours pas commencé, et de par le monopole d'une entreprise allemande qui distribue la presque totalité des moules que vous trouvez sur le marché actuellement. Ce ne sont pas des moules de Zélande, elles se trouvent à 100 kilomètres, dans une mer qui est à peu près la même".

Chez le grossiste: "On les fait beaucoup plus chères que les autres années"

Au marché matinal de Bruxelles, la chambre froide du grossiste Festin Aquatique ressemble à un coffre-fort dévalisé. Il reste à peine quelques caisses de moules de Zélande empilées dans un coin, "250 kilos à peine, sur les 1500 qu'on a reçu ce matin". Geoffrey Vankerkhoven, vendeur chez Festin Aquatique, ne dévoilera pas ses prix aux professionnels qui se pressent ici chaque matin "entre 5 et 6 heures pour la plupart", mais concédera quand même: "on les fait beaucoup plus chères que les autres années". Un vendeur voisin nous glisse que les moules de bouchot - françaises et plus petites, traditionnellement moins chères "ça coûte 3,5 euros, alors que les moules de Zélande ça coûte 5,8 euros".

Pas forcément de répercussion dans l'assiette

Les impatients de la moule de Zélande doivent donc encore - un tout petit peu - ronger leur frein. Mais sur la carte du Zinneke, les prix ne bougeront pas: "Je ne peux pas réimprimer mes cartes tous les jours en fonction du prix journalier qu'on a du kilo de moules. On fait des moules du 31 janvier au 31 décembre - et le prix est identique toute l'année. Même si on sait que de juillet à octobre, le prix-nourriture n'est absolument pas respecté sur une casserole de moules".

Le prix des moules se négocie effectivement au jour le jour et ses fluctuations ne se répercutent donc pas nécessairement dans l’assiette. Mais la demande est telle qu' environ une moule estampillé de Zélande sur trois…est en fait élevée en Irlande, en Ecosse ou au Danemark.

Direct de Sung Shim Courier avec Carlo de Pascale depuis la Zélande, aux Pays-Bas (JT 13h)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK