La production de betteraves fait les frais de la sécheresse, les producteurs font grise mine

Les producteurs belges de Betterave n’ont pas le sourire. Les récoltes ont lieu en ce moment, et comme on pouvait s’y attendre elles ne sont pas bonnes. Les betteraves sont plus petites à cause de l’été très chaud et du manque d’eau.

Certaines régions sont plus touchées que d’autres. C’est le cas d’une partie de l’Entre-Sambre-et-Meuse où Christophe Losseau est propriétaire de plusieurs parcelles de terre à Thuin. Un cinquième de son exploitation est consacré à la betterave sucrière. Or, dès les premiers arrachages, Christophe se rend à l’évidence, le rendement sera mauvais : "Moins de feuillage et de plus petites racines, c’est plus ou moins la première observation que l’on peut faire. Elles sont 25-30% plus petites au niveau du volume de la racine. Et en plus de ça, comme il fait tellement sec, au niveau de l’arrachage on n’arrive pas bien souvent à sortir toute la betterave dans son entièreté. On laisse souvent un bout de pointe de la betterave dans le fond de la terre qui est tellement sèche que la racine casse lors de l’arrachage".

Cette année Christophe n’arrachera pas plus de 65 tonnes de betteraves par hectare. Des betteraves plus petites, mais plus riches en sucre. Toutefois, "la richesse ne compensera pas malheureusement les 25-30% de pertes de rendement racines", explique l’agriculteur. "On va arriver à une perte, à mon avis, qui se situe entre 15 et 20%". Cette année, la culture de la betterave va donc lui coûter de l’argent.

Christophe cultive aussi des céréales dont les rendements, cette année, ont été excellents. Mais les prix sur le marché étaient, eux, particulièrement bas. Ce qui le mène à la conclusion : "On ne gagnera pas beaucoup cette année en tant que fermier".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK