La menace terroriste pèse sur les résultats de Thalys

Thalys estime à 14 millions d'euros l'impact des multiples attentats survenus en 2015 sur son chiffre d'affaires, a indiqué Agnès Ogier, CEO de l'entreprise mardi au cours d'une conférence de presse à Bruxelles. L'année n'a pas pour autant été catastrophique d'un point de vue économique puisque les bons résultats du premier semestre ont permis à Thalys de limiter la casse.

Marquée par les attentats en France contre Charlie Hebdo et du 13 novembre, par l'attaque manquée du Thalys mais aussi par le "Brussels Lockdown", l'année 2015 ne restera pas dans les meilleurs souvenirs de l'entreprise.

De très bons résultats au premier semestre ont cependant permis de limiter les dégâts. L'entreprise ferroviaire a conclu 2015 sur une baisse limitée à 1,7% du chiffre d'affaires, à 487,5 millions d'euros et un nombre quasi stable de passagers transportés à 6,9 millions (-0,1%).

Au lendemain des attentats de novembre, le volume de vente avait cependant diminué de 30 à 40%, surtout pour les "last minute".

Si petit à petit la vie reprend son cours, les secousses des attentats se font encore sentir. "Paris et Bruxelles restent des destinations fragiles", avance Agnès Ogier. "On évoque des baisses de fréquentation de 15 à 20% pour le secteur hôtelier des deux capitales." Une absence qui se traduit par une baisse de 6% du taux de remplissage des Thalys fin février comparé à la même période l'année dernière.

En 2016, l'entreprise se lance, pour ses 20 ans qu'elle fêtera en juin, dans une mission de "conquête et reconquête". Aux prix d'appel, promos printemps et l'offre commerciale Tick Up, vient désormais s'ajouter l'offre low cost, Izy. Ces nouvelles rames permettront dès le mois d'avril de relier Bruxelles et Paris à plus petits prix, pour un temps de trajet rallongé et un service allégé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK