La levée partielle des sanctions contre l'Iran aiguise les appétits

La levée partielle des sanctions contre l'Iran aiguise les appétits
La levée partielle des sanctions contre l'Iran aiguise les appétits - © Tous droits réservés

Depuis la levée partielle des sanctions économique contre l'Iran, les entreprises européennes lorgnent vers ce marché de 76 millions d'habitants qui étaient fermé ces dernières années. Les Français sont déjà à Téhéran sous la forme d'une importante mission économique.

Une centaine d'hommes d'affaires français viennent reprendre pied en Iran. Des entreprises comme Renault ou Peugeot sont des acteurs historiques sur le marché automobile iranien. Leurs représentants sont là, aux côté de responsables d'autres géants comme Total, Alstom ou Airbus.

Selon l'agence de presse iranienne, il s'agit de la plus importante délégation d'un pays européen en Iran depuis la révolution islamique. Italiens, Allemands, Autrichiens et Portugais se sont déjà pressés à Téhéran. Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, s'y rend dans deux semaines. Une délégation d'entreprises bruxelloises prévoit également une mission en avril.

Depuis le 20 janvier, une partie des sanctions économiques contre l'Iran a été levée. En contrepartie, Téhéran a suspendu une partie de ses activités nucléaires litigieuses.

A court terme, les opportunités restent limitées. L'essentiel des sanctions reste en vigueur. Mais l'important pour les entreprises est de se positionner pour profiter dès que possible du potentiel du pays.

D. Fontaine

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK