Face à la crise, la Grèce veut redorer son blason et son image

Un pigeon sur la grille devant la tombe du soldat inconnu à Athène
Un pigeon sur la grille devant la tombe du soldat inconnu à Athène - © ARIS MESSINIS (AFP)

Les Grecs en ont assez des images et des clichés qui sont véhiculés sur leur pays dans toute l'Europe. Des entrepreneurs grecs ont acheté des pleines pages de pub dans la presse européenne avec ce slogan: "Donnez sa chance à la Grèce".

En version anglaise, cela donne "Give Greece a chance". John Lennon n'aurait pas dit mieux! Difficile de savoir qui sont ces entrepreneurs car le site Internet est encore très sommaire. Ce qui est certain, c'est qu'ils n'en peuvent plus!

Notre objectif est que les sacrifices du peuple grec dans le cadre du plan d'austérité de l'ère moderne n'aient pas été faits en vain. Fin de citation

L'image que véhicule la Grèce aujourd'hui leur fait vraiment mal

"Nous travaillons dur, nous payons nos impôts et pourtant nous subissons injustement les idées reçues actuellement si répandues au sujet des Grecs".

Et leur pub d'expliquer tous les efforts déjà accomplis, des efforts qui, selon eux, devraient permettre de bâtir une nouvelle Grèce, une Grèce moderne productive et créative avec un avenir viable au sein de l'Europe.

Et ils vont plus loin: "Nous tiendrons nos engagements. Nous avons déjà fait des sacrifices. Nous sommes prêts à en faire davantage".

C'est un message qui ne devrait pas tomber dans l'oreille d'un sourd

Masochisme ou réalisme, chacun jugera.

Et puis une petite question tout de même: ça coûte cher une campagne de pub comme ça?

Les députés grecs ont adopté jeudi l'accord sur l'échange de dettes prévu dans le cadre du second plan de sauvetage de la Grèce qui doit éviter que le pays ne sombre dans la faillite. Par cet échange de titres, négocié lors du bouclage du plan d'aide cette semaine à Bruxelles, les créanciers privés d'Athènes effacent une partie de la dette due par la Grèce.

Michel Visart

 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK