La Grèce s'engage à honorer l'échéance due au FMI en trois jours

Trois jours pour trouver 460 millions d’euros, c’est le délai dont dispose la Grèce pour rembourser une partie du prêt octroyé par le Fonds Monétaire International (FMI). Le ministre grec des finances, Yanis Varoufakis, s’y est engagé. 

Il était temps sinon il se serait très sérieusement fait sonner les cloches. Si cette échéance n'était pas honorée, le pays serait entré dans un club peu recommandable : celui des parias des la finance, c'est-à-dire des pays qui, en raison de guerre ou de crise grave, ne peuvent rembourser.

Dimanche, Yanis Varoufakis a donc rassuré Christine Lagarde, qui, la semaine dernière, avait séchement rappelé la Grèce à ses obligations. Le FMI ne voulait justement pas recevoir d'obligations mais plutôt de l'argent.

Le versement aura lieu jeudi 9 avril, comme prévu. Le FMI a pour sa part annoncé qu'il continuerait de coopérer avec la Grèce, un pays qui a un urgent besoin de liquidités et n'a plus rien reçu depuis le mois d'août.

Son espoir réside dans une liste de projets de réforme déposée auprès de ses créanciers, mais l'accueil n'est pas des plus enthousiastes. Une acceptation des réformes permettrait un déblocage de 7,2 milliards d'euros de l'Union européenne et du FMI. 

Ce lundi, Yanis Varoufakis rencontrera le secrétaire américain au trésor, Jack Lew. Une manière d'élargir ses appuis.

Michel Lagase

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK