La gestion du patron de la plateforme eHealth critiquée

"La polémique a commencé à la fin de l'été dernier après que 7 à 8 personnes, dont deux médecins, ont quitté eHealth en l'espace de 15 mois", explique Nicolas De Pape, rédacteur en chef du Journal du médecin, qui a récolté de nombreux témoignages anonymes accusant M. Robben de "management autoritaire". "Il se passe quelque chose de substantiel", estime le rédacteur en chef. Selon les témoins interrogés par le journal, M. Robben est qualifié tour à tour d'"égoïste", de "cassant" ou encore de "condescendant". Il fixerait des objectifs impossibles à atteindre et "serait usé". Il vivrait également en "ermite" dans un studio jouxtant ses bureaux et se targuerait de n'avoir dépensé que 10 euros en un mois, affirme encore le journal. Frank Robben a tenu à répondre à ces accusations, dans les pages du même journal. "Je suis quelqu'un qui écoute beaucoup. Je n'ai pas écrit la roadmap d'eHealth moi-même. On l'a réalisée en groupe de 300 personnes", fait-il valoir.

Frank Robben est l'architecte de la carte d'identité électronique

"Tous les 4 à 5 ans, j'ai créé des choses nouvelles. Je peux être fier de l'entrepreneuriat que j'ai introduit dans le secteur public. En 25 ans, la Banque Carrefour de la Sécurité Sociale (BCSS) n'a connu aucun couac avec un milliard d'échanges de données par an." Frank Robben a créé en 1991 la BCSS. Il est aussi l'architecte de la carte d'identité électronique. Depuis 2007, il se charge de la plate-forme eHealth. Frank Robben a créé en 1991 la BCSS. Il est aussi l'architecte de la carte d'identité électronique. Il est candidat à sa propre succession. "Mon évaluation est faite par mon comité de gestion. Il sert à ça", rappelle-t-il.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK