La FSMA condamne Ageas-Fortis à une amende 500 000 euros

Les dirigeants de Fortis en 2008: Herman Verwilst, Jean Pierre Votron et Gilbert Mittler
Les dirigeants de Fortis en 2008: Herman Verwilst, Jean Pierre Votron et Gilbert Mittler - © Belga Mark Renders

Près de cinq ans après la crise financière et l'effondrement de Fortis, l'autorité des marchés impose une amende de 500 000 euros à Ageas pour informations tardives ou incorrectes. Deux anciens dirigeants sont également condamnés à une amende. Leurs noms n'ont pas été divulgués.

Nous sommes en juin 2008. Dix mois plus tôt, avec deux partenaires, Fortis a racheté la banque néerlandais ABM Amro.

Problème: la crise des subprimes a démarré et les capacités financières de Fortis fondent comme neige au soleil. Ses dirigeants n'ont d'autre choix que d'annoncer une augmentation de capital. Ont-ils alors transmis les bonnes informations, dans les délais?

Des informations tardives ou incorrectes

Après les Pays-Bas, c'est l'autorité belge des marchés, la FSMA qui vient de répondre non à cette question.

Ageas, qui a succédé à Fortis, est donc condamnée pour avoir fourni des informations tardives ou incorrecte sur sa solvabilité.

Un administrateur et un dirigeant de l'époque sont aussi condamnés. Comme elle l'avait fait aux Pays-Bas, Ageas conteste cette décision et donc l'amende de 500 000 euros. Elle ira donc en appel dans les trente jours devant la Cour d'Appel de Bruxelles. Aux Pays-Bas, l'affaire est toujours en cours.

En bourse, cette info ne provoque aucun stress particulier sur le cours de l'action Ageas. Mais c'est certain, le feuilleton n'est pas terminé.

Michel Visart

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK