Comptable, un métier en voie d'extinction ?

L’aide-comptable qui encode des factures papier comme il y a 30 ou 40 ans, c’est pratiquement terminé.
L’aide-comptable qui encode des factures papier comme il y a 30 ou 40 ans, c’est pratiquement terminé. - © YASIN AKGUL - AFP

Focus sur une profession menacée par l’essor de l’automatisation et de l’intelligence artificielle : celle des comptables. Cette profession est en deuxième place dans la liste des métiers les plus menacés par le progrès technologique établie par un think tank français, l’Institut Sapiens. Il prévoit même son extinction entre 2041 et 2056, quand des logiciels intelligents dédiés pourront effectuer les tâches comptables sans intervention humaine. On n’en est pas encore là, mais la profession est consciente de la menace.

Pour Benoît Vanderstichelen, président de l’Institut des experts comptables, la digitalisation prendra certainement entre cinq et dix ans. "On fait un gros effort pour arriver le plus rapidement possible à la facture digitale, mais vous devez savoir que pour qu’on ait une digitalisation globale, il faut vraiment que l’ensemble du monde des PME et des TPE, des très petites entreprises, soit impliqué dans le système"

Mais cinq à dix ans avant que la profession ne soit totalement transformée par le digital, c’est court. En moyenne, les plus jeunes, la classe des 25-45 ans, surfent déjà joyeusement sur la vague digitale. Les factures du client sont déjà digitales ou numérisées, immédiatement préenregistrées dans la comptabilité et dans les tableaux de bord de l’entreprise. Mais ce n’est pas encore le cas de tout le monde.

De la compta à l’expertise des chiffres

Mais cela ne veut pas dire que cette digitalisation massive entraînera la disparition de toute la profession. Simplement, elle évolue. Ce que les entreprises attendent des métiers du chiffre, aujourd’hui, c’est de l’expertise. L’aide-comptable qui encode des factures papier comme il y a 30 ou 40 ans, c’est pratiquement terminé, mais les entreprises ont de plus en plus besoin de spécialistes, confirme Benoît Vanderstichelen : " Ce qu’on cherche de plus en plus, vu l’évolution, l’ubérisation, la digitalisation, l’automatisation de la comptabilité, ce sont des spécialistes en gestion financière qui sachent manier des tableaux de bord, des cash flows, des crédits; des spécialistes en fiscalité; des spécialistes qui puissent aussi travailler au sein d’un réseau, même comme généralistes. Un généraliste peut devenir un spécialiste qui travaille pour plusieurs bureaux. "

Profonde évolution des métiers de la comptabilité donc, et aussi du conseil fiscal. Ce qui explique d’ailleurs pourquoi l’Institut des experts comptables et des conseils fiscaux, va fusionner avec l’Institut professionnel des comptables et fiscalistes agréés. Cela devait, en principe, être fait dès l’année prochaine. Le nouvel ensemble représentera environ 11.000 professionnels et 3000 stagiaires.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK