La douane du port d'Anvers pose problème

Les entreprises utilisant le port d'Anvers affirment "en avoir marre" des déboires de la douane, dont les opérations sont perturbées par des problèmes administratifs et l'échec d'un projet informatique, affirme samedi le quotidien 'De Standaard'.

Selon ce journal, l'introduction du système de "douane sans papier" (PLDA) s'est traduit par un "fiasco". De moins en moins de marchandises sont contrôlées et la moitié des quelque 400 douaniers affectés au port traitent manuellement chaque jour des milliers de formulaires.

Ce qui permet à des cigarettes, à des produits contrefaits et à d'autres trafics de transiter sans grand problème en Europe via Anvers. On estime à environ un pour cent la proportion de marchandises effectivement contrôlée, alors que l'inquiétude croit chez les douaniers.

La communauté portuaire anversoise se plaint des mauvais services rendus par la douane.

La collecte "chaotique" des droits d'importation a pour conséquence que depuis 2007 aucun décompte final n'est conclu avec l'Union européenne, qui a droit à trois quarts des droits perçus.

L'UE a toutefois trouvé une solution, qui consiste à percevoir une somme provisoire et qui est sans doute plus élevée que les montants réellement perçus. Avec comme conséquence que la Belgique ne demande pas le remboursement du montant trop élevé versé aux caisses communautaires, ajoute le journal.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK