La dette belge n'a augmenté que très faiblement en 2010

Marc Monbaliu et Didier Reynders, lors de la conférence de presse sur la dette belge, le 21/06/2010
Marc Monbaliu et Didier Reynders, lors de la conférence de presse sur la dette belge, le 21/06/2010 - © Eric Lalmand (Archive Belga)

La dette de l'Etat a cru en 2010 de 11,15 milliards d'euros en chiffres nets (19,77 en brut), pour atteindre 96,6% du Produit intérieur brut (PIB) grâce à un déficit public moins élevé que prévu, a annoncé vendredi le "patron" de l'administration de la Trésorerie, Marc Monbaliu, en présentant le rapport annuel sur la dette.

"La dette reste une préoccupation forte en Belgique", a pour sa part admis le ministre des Finances, Didier Reynders (MR), tout en saluant cette évolution "positive", comparée à de nombreux autres pays européens, qui ont vu leur déficit et leur dette se creuser depuis le début de la crise financière en 2008.

"On est resté en dessous des 100% (du PIB)", contrairement à certaines prévisions, a souligné le grand argentier belge au cours d'une conférence de presse à Bruxelles destinée à présenter le rapport annuel de la dette fédérale.

La croissance de la dette n'a représenté que 0,4% du PIB (96,2% en 2009) et a été due pour moitié au financement de la Grèce, plongée dans une crise économique profonde, a expliqué Marc Monbaliu.

Des dix-sept pays de la zone euro, seules l'Estonie et Malte ont fait mieux.

Le différentiel entre le taux d'endettement belge et ceux des autres pays de l'eurozone a également fortement diminué.

Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK