La Cour des Comptes française flingue la gestion passée de Dexia

Le management de Dexia, avant la chute, devrait être sanctionné selon la Cour des Comptes française
Le management de Dexia, avant la chute, devrait être sanctionné selon la Cour des Comptes française - © BELGA PHOTO BENOIT DOPPAGNE

L'affaire Dexia a coûté 6 milliards et demi d'euros à la France et au moins autant à la Belgique: c'est ce que dit la Cour des Comptes française dans un rapport au picrate qu'elle a remis hier au gouvernement Ayrault. Elle estime que le risque lié à la banque ne disparaîtra que dans 40 ans, et qu'entretemps une nouvelle recapitalisation n'est pas exclue. Elle invite clairement les autorités publiques à prendre des sanctions tant qu'il en est encore temps.

C'est à une analyse minutieuse des faits que s'est livrée la Cour des Comptes française. Son rapport sur la dégringolade de Dexia fait plus de 230 pages. Ses magistrats en concluent que la banque franco-belge a moins été victime de la crise financière que de son propre modèle de développement qui était intenable. Ils pointent les responsabilités de l'ancienne équipe dirigeante, Axel Miller et Pierre Richard, mais aussi le manque de clairvoyance du Conseil d’administration et le laxisme de superviseurs bancaires.
Tout le monde en prend pour son grade. Il faut dire que le dégât financier est lourd pour les pouvoirs publics : 6 milliards 600 millions en France et au moins autant en Belgique dit la Cour des Comptes. Et ce n'est pas fini : le risque perdurera jusqu'à extinction de la banque résiduelle dans 40 ans. Avec de possibles besoins d'argent frais d'ici là.
La Cour des Comptes invite clairement les autorités publiques a supprimer les avantages accordés aux anciens dirigeants de Dexia, comme leur retraite chapeau. Il est possible d'introduire un recours en justice contre ces privilèges non-mérités jusqu'en 2014. Le moins qu'on puisse dire, c'est que les magistrats français se montrent beaucoup plus sévères que la commission parlementaire belge. Reste à voir si leurs recommandations musclées seront suivies d'effets. 
 
Françoise Gilain
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK